mercredi 7 décembre 2005

"Harry Potter et la coupe de feu" (2)

Le livre est, sans conteste, mon préféré de la série: celui où l'histoire bascule définitivement vers le tragique et les héros vers l'âge adulte. J'attendais le film avec impatience. Quelques connaissances avaient été le voir avant moi, et leur avis plutôt tiède m'avait amenée à revoir mes espoirs à la baisse.
...Mais pas encore assez.
Au bout d'un quart d'heure, j'étais absolument catastrophée. "C'est un massacre!" soufflai-je à l'Homme, qui leva les yeux au ciel d'un air entendu et se garda bien de répondre. La coupe du monde de quidditch, expédiée en deux minutes douze! Les scènes qui s'enchaînaient brutalement, avec des dialogues réduits à leur plus simple expression! Heureusement, tout cela fut un peu rattrapé par l'hilarante préparation du bal de Noël. Ensuite... J'assistai à un naufrage de deux heures qui m'attrista infiniment plus que celui du Titanic (pendant lequel Etre Exquis s'était endormi).
Je comprends que 2h35, ce n'était pas suffisant pour caser tous les détails du bouquin. Je comprends - même si je le déplore - que le Front de Libération des Elfes de Maison soit passé à la trappe, que Luna Lovegood n'apparaisse nulle part et que le statut d'animage de Rita Sketeer ne soit jamais révélé. Je comprends aussi que ça n'est pas la faute du réalisateur si les jeunes acteurs grandissent plus vite que leurs personnages et si Daniel Radcliffe fait figure de nabot échappé du "Seigneur des Anneaux" à côté de ses camarades. Je veux bien accepter les changements de costumes et de décors, même s'ils ne me semblaient pas indispensables. Mais était-il vraiment nécessaire de focaliser le film sur les scènes d'action (autrement dit, les épreuves du tournoi) en occultant tout ce qui fait le charme des livres de JK Rowling? Plus d'intrigue à proprement parler. Très peu de temps consacré à la psychologie des personnages et à l'évolution de leurs rapports. En échange, une débauche d'effets spéciaux qui m'ont laissée totalement froide.
Dire que je suis déçue serait un doux euphémisme.

2 commentaires:

Jessica a dit…

Ahhhh!!!
Enfin quelqu'un dont je partage l'avis sur le film!! (Et le livre aussi d'ailleurs).

J'en avais un peu assez d'entendre « Chef d'oeuvre » par ci (même dans les médias!), « Meilleur que le livre » par là... À croire que mes collègues universitaires n'ont pas lu le même livre que moi... ou ils n'ont pas vu le même film... au choix! J'étais profondément déçue à ma sortie du cinéma... avoir attendu si longtemps pour ça...

Enfin... je ne te ferai pas un roman à ma première participation hihi

Cass, lectrice assidue depuis longtemps, mais discrète ;)

Moi a dit…

J'ai un avantage .... j'ai pas lu les livres, donc moins déçue ;) Mais ça ne m'a pas ......... heu ........ non ça ne m'a pas ..... !!