mercredi 31 août 2005

Etes-vous...?

*** TIMIDE ? Non. Quand je ne dis rien, c'est pas parce que je n'ose pas, c'est soit parce que je n'ai rien d'intéressant à raconter, soit parce qu'il n'y a en face de moi personne d'intéressant à qui le raconter.
*** LUNATIQUE ? Oui, et même cyclothymique... Mes sautes d'humeur et de moral me bouffent la vie.
*** JALOUSE ? Non. Ca serait de la mauvaise foi de ma part (voir ci-dessous).
*** FIDELE ? Non. Loyale, très, mais fidèle... J'ai un tempérament trop passionné.
*** GENTILLE ? Plutôt, même si je le cache bien la plupart du temps.
*** POSSESSIVE ? Avec les choses matérielles, extrêmement (le premier qui touche à mes affaires est mort!). Avec les gens, pas du tout.
*** SOURIANTE ? Pas très, à mon grand regret.
*** PRETENTIEUSE ? Trop lucide pour l'être.
*** PUDIQUE ? Moyennement. Ni coincée ni exhibitionniste, on va dire.
*** POLIE ? En principe, oui.
*** INTELLIGENTE ? Nettement plus que la moyenne.
*** DEPENSIERE ? Affreusement, mais toujours dans la limite de mes moyens.
*** PEUREUSE ? Sur quelques trucs concrets, oui.
*** ROMANTIQUE ? Pas du tout. Trop pragmatique pour ça.
*** DEPENDANTE ? Indépendante à mort.
*** PESSIMISTE ? Disons que j'ai tendance à toujours envisager le pire (thanks Dad!) mais que j'ai foi en ma capacité à me sortir de tout.
*** DOUCE ? Mon meilleur ami m'a une fois comparée à un bulldozer, je pense que ça répond à la question...
*** SIMPLE ? Et puis quoi encore?
*** BRUYANTE ? Je parle beaucoup toute seule et j'aime écouter la musique très fort. A part ça, non.
*** AFFECTUEUSE ? Non. Il faut que je sois très malheureuse (ou que la personne en face de moi le soit) pour envisager le moindre câlin.
*** ALCOOLIQUE ? Je bois peu, et jamais au point de me rendre malade. Je sais que j'ai un tempérament porté sur les excès, donc je me surveille de près.
*** RADINE ? Vraiment pas.
*** EGOISTE ? Parfois. Je préfère dire "dotée d'un solide instinct d'auto-préservation".
*** GAFFEUSE ? Dans le Petit Robert, ils ont envisagé de mettre ma photo en illustration de ce mot.
*** ETOURDIE ? Rarement, mais toujours de façon spectaculaire.
*** TENDRE ? Non.
*** CHALEUREUSE ? Non, pas au premier abord, mais je peux le devenir pour les gens que j'aime.
*** DISCRETE ? Non.
*** ARROGANTE ? Là encore, je préfère "consciente de sa valeur mais essayant de ne pas trop la ramener pour ne pas agacer son monde".
*** SENSIBLE ? Les films à vocation lacrymale, genre "Titanic", me laissent de glace (arf, arf). Par contre la vue d'un SDF emmitouflé contre le froid peut me faire monter les larmes aux yeux en moins d'une demi-seconde.
*** OBSTINEE ? Oui, mais en vieillissant j'apprends à choisir mes batailles.
*** COMPLEXEE ? Pour une naine semi-obèse, pas tant que ça :)
*** VULGAIRE ? Non. Je m'autorise très peu de gros mots. Par contre je parle super facilement de cul, d'une manière assez imagée.
*** CLEPTOMANE ? Je n'ai jamais rien volé de ma vie, même pas un centime au fisc.
*** NARCISSIQUE ? Je viens de passer une demi-heure à me regarder le nombril pour remplir ce questionnaire... Je suppose que ça se passe de commentaire.

(Piqué chez Valandra)

Arf

Pas du tout du tout le moral ce matin. A cause des cachets, j'ai dormi douze heures, et là je suis toute vaseuse. J'ai que du boulot super chiant en perspective jusqu'à fin janvier au moins; je n'arrive pas à perdre du poids (j'ai faim tout le temps et aucune motivation pour faire du sport); mon changement de carrière potentiel est en train de s'avérer non-viable; la plupart des gens que j'aime sont loin, etc. Oh, et je viens d'avoir mes règles pour la deuxième fois en trois semaines (vive le stérilet!).

mardi 30 août 2005

This feeling I have

I'm almost sure Sam is in love with Eleven. And it might very well be mutual. Hell, for all I know, they're already dating secretly. I'm not a jealous person, and I've always thought they'd make a great couple - but I've worked really hard to like Sam and get over my crush on Eleven, and only just managed both recently. This might make it even harder for me. Oh, well. Que sera, sera.

Où on me prend pour le Père Noël

Je commence par préciser le contexte, pour les gens qui n'auraient pas suivi. Je suis traductrice littéraire; je bosse toujours de l'anglais vers le français, et ma spécialité c'est le roman fantastique et les séries télé. Sauf imprévu catastrophique, je suis généralement bookée six mois à l'avance, voire un an.
Et donc, il y a cinq minutes, je reçois un coup de fil d'un élève de l'Homme. Le gars est spécialiste en génétique et neurologie animale; il a écrit des bouquins et créé des logiciels, fait des conférences partout dans le monde et passe régulièrement à la télé. Ce qui ne l'empêche pas de n'avoir aucun sens commun sorti de son domaine professionnel. Il voulait savoir si je pouvais lui traduire, pour le 8 septembre, plusieurs articles pour un congrès de vétérinaires, du français vers l'anglais, sachant que j'ai zéro compétence médicale et que, tenez-vous bien, les textes ne sont pas encore finis d'écrire.
Et là où j'ai été admirable, c'est que je ne lui ai même pas ri au nez. Je fais de ces progrès en self-control, moi...

Ma nouvelle devise

Une journée de moins avant les prochaines vacances.

dimanche 28 août 2005

Pour prouver que j'y étais aussi!


Devant Bryce Canyon

Esprit de groupe

50% d'entre nous sont rentrés avec une paire de Skechers neuve, et les 50 autres % avec une paire de Nike neuve.
50% ont investi dans deux jeans Levis pour le prix d'une seule jambe en France (et 25% ont été dissuadés d'acheter un fut atroce dans lequel ils rentraient trois fois).
50% ont essayé et adopté un blouson en nylon (très efficace comme coupe-vent dans la baie de San Franciso où il fait un froid de canard en août).
50% ont dépensé des sous chez Harley Davidson, et 75% chez Roxy.
75% ont chopé mal à cause de la clim.
75% ont asphyxié les 25% restants avec leurs effluves de cannelle.
75% se sont goinfrés aux buffets des hôtels, mais seulement 50% affichent un ou deux kilos de plus à l'arrivée.
100% ont été soûls presque tous les soirs du voyage.

Jet-lag

Non seulement je suis rentrée des USA avec un kilo et demi en trop, mais depuis, j'ai envie de manger cinq fois par jour - aux heures des repas d'ici, et à celles de là-bas. Et j'ai sommeil en milieu d'après-midi, mais pas du tout le soir. Je sens que la reprise du boulot demain ne va pas franchement être une partie de plaisir...
(Bah oui: je recommence déjà à râler. Je sais que ça vous a manqué ces deux dernières semaines.)

Contemplatifs dans la Vallée de la Mort


De gauche à droite: Kris, Junior et Autre Moi.

samedi 27 août 2005

10 DAYS

10 jours à contempler des brochettes de M&M's vus de profil, yeux clos et bouche ouverte (filet de bave au coin des lèvres et ronflements en option).
10 jours à subir des attaques de cannelle radioactive.
10 jours à écrire tordu dans un bus qui fonce à tombeau ouvert sur des routes côtières à flanc de falaise - brinqueballée en tous sens, mais ignorant pour le moment que le chauffeur conduit sans les mains.
10 jours à me paumer dans des couloirs d'hôtel et à ramener la mauvaise bouteille au restaurant.
10 jours à essayer d'allumer des lampes en frappant dans mes mains quand toutes les autres solutions ont échoué.
10 jours à côtoyer le plus farfelu des guides/chansonniers que la Terre ait jamais porté (Hi Frankie!).
10 jours de lavage de cerveau au terme desquels je finirai par acheter une flopée de sweat-shirts non-moulants et non-roses ou oranges, plus une paire de Skechers (soit chaussures de non-fille, à non-talons).

Mais surtout...

10 jours d'horizons presque aussi grands que mon imagination et aussi rouges que mes désirs.
10 jours d'une réalité si aiguë qu'elle en devenait parfois onirique.
10 jours de coeur qui bat, de sang qui bout, de nerfs à vif et de larmes aux yeux.
10 fucking great days of emotional rollercoaster.
Thank you guys.

vendredi 12 août 2005

Pour vous occuper pendant mon absence...

...Quelques petits conseils de lecture, car une fois n'est pas coutume, j'ai lu plusieurs excellents bouquins ces dernières semaines.

Vous êtes amateur éclairé de thrillers historico-mystiques (autrement dit, vous adorez Umberto Eco et vous méprisez Dan Brown très très fort) : lisez "The eight" de Katherine Neville (paru en français et en livre de poche sous le titre "Le huit"). Remarquablement documenté sur des sujets aussi divers que la crise du pétrole, les échecs, les mathématiques, l'histoire de France ou la géographie algérienne. Le style est excellent, avec notamment des descriptions très évocatrices, et l'intrigue se tient étonnamment bien - on pourrait presque croire à la version des événements présentée par l'auteur.

Vous aimez les romans soi-disant jeunesse bien écrits et capables de vous transporter dans un univers imaginaire riche, à la Philip Pullman: lisez la série Young Wizards de Diane Duane, qui commence par "So you want to be a wizard" et compte à ce jour 7 volumes (non traduits en français, bien que je l'aie suggéré avec insistance à divers éditeurs au fil des ans). Les personnages sont réalistes et attachants, le style simple et agréable à lire, et la magie, fondée sur des préceptes ultra-écologiques, est présentée comme une véritable philosophie de vie. Quelques moments d'une belle intensité dramatique, pas de happy end obligatoire et un message fort bien que jamais moralisateur. Je kiffe.

Vous êtes fan d'uchronies déjantées et de littérature anglaise; Douglas Adams vous fait mourir de rire: précipitez-vous sur les aventures de Thursday Next, dont le premier tome "The Jame Eyre affair" vient de sortir en français et en livre de poche sous le titre "L'affaire Jane Eyre" (mais si vous êtes anglophone, je vous conseille fortement la lecture en VO à cause des nombreux jeus de mots intraduisibles). L'héroïne est membre d'une brigade spéciale chargée de la surveillance des oeuvres littéraires, et capable de se balader à l'intérieur des livres. L'univers et les personages dépeints par Jasper Fforde sont absolument délirants, un vrai régal.

Sur ce, sayonara for now!

Fermeture...

...Pour congés annuels.
On se retrouve dans deux semaines.
Si tout va bien, je serai modérément bronzée et j'aurai encore des amis.
Si tout va mal... Je compte sur vous pour m'apporter des oranges en prison.

lundi 8 août 2005

J'aime pas la plage


Bien qu'habitant au bord de la mer, dans une région où le reste de la France se rue en masse pendant l'été, je n'ai pas dû mettre les pieds à la plage plus d'une dizaine de fois ces vingt dernières années. Et encore - si je compte juste les fois où il faisait jour et où je me suis baignée, les doigts d'une seule main doivent me suffire.
D'abord, je nage comme un fer à repasser, et je panique dès que je ne vois plus le fond de l'eau. Et je n'ai même pas vu "Les dents de la mer"! Mon cauchemar perso, c'est des algues carnivores tueuses qui s'enroulent autour de mes chevilles pour m'attirer vers leur petite gueule remplie de grandes dents.
[On appréciera d'autant plus l'intensité de mon dévouement envers l'Homme: pour découvrir son univers sous-marin, j'avais passé mon brevet élémentaire de plongée au début de notre histoire. Quand le moniteur m'a expliqué qu'il allait falloir, par 5 mètres de fond, enlever le masque, respirer par le détendeur sans se noyer en aspirant de l'eau par le nez, puis remettre le masque et le vider de son eau, j'avais tellement la trouille que je me suis mise à pleurer. L'Homme s'est limite moqué de moi, le chacal. J'ai serré les dents, j'ai fait le truc et j'ai eu mon brevet. C'était il y a cinq ans et je lui en veux encore (à l'Homme, pas au brevet).]
Ensuite, comme nous l'avons vu dans les posts précédents, j'ai un teint de navet (ou de porcelaine si on veut être gentil), qui au bout de 5 minutes d'exposition au soleil vire à la tomate farcie boursouflée. A défaut de téléportation, j'ai inventé la métamorphose légumineuse...
Et puis je m'emmerde. La position allongée n'est pas du tout commode pour lire, et rester sans rien faire, je déteste.
Last but not least, la vue de toutes ces chairs plus ou moins appétissantes répandues sur le sable comme à l'étal d'une boucherie humaine, ça m'écoeure toujours pas mal. Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi les gens aiment tellement s'entasser à quinze par mètre carré telles des sardines dans une boîte, se baigner dans de l'eau d'une propreté douteuse et risquer de choper des cancers de la peau. Encore une preuve, s'il en fallait, de l'irrémédiable stupidité du genre humain.

jeudi 4 août 2005

Appelez-moi Vampirella

Deux mois que je gobe consciencieusement deux gélules de carotène par jour... Résultat, sur une échelle de bronzage de 1 à 10, je suis à 0,5. On dirait que j'ai passé les cinq dernières années sous terre.

mercredi 3 août 2005

OK je vois le topo

Une semaine à parler de livres et de films, et pas un commentaire... Mais dès que j'évoque, dans l'ordre, le cul, l'alcool et la bouffe, alors là, tout le monde a son mot à dire, hein. Vous êtes désespérants :)

Je suis foutue

Je viens de découvrir qu'on peut acheter des chips salt & vinegar en France, pas plus loin que dans mon Champion. Et voilà que disparaissent à la fois une de mes 10 raisons pour vouloir habiter à Londres, et tout espoir de rentrer un jour dans du 36.

mardi 2 août 2005

Du champagne comme outil d'intégration sociale

A jeûn, je suis à peu près aussi avenante qu'une porte de prison.
Faites-moi boire deux coupes de champagne, et je deviens l'amabilité et la bonhomie personnfiées.
Question: dois-je devenir alcoolique pour améliorer ma vie sociale?

Good news

I am now totally over Eleven (and not the way I once hoped to be). My personal method for eradicating unwelcome feelings has once again proved foolproof. There's a lot of good things to be said about self-brainwashing, really...