dimanche 26 août 2007

La dernière séparation

Aujourd'hui, c'était la dernière fois que je quittais Bruxelles en touriste.
Mon prochain voyage vers la Belgique sera un aller simple. Même si je compte bien revenir faire le plein de soleil de temps en temps dans le Midi. Je vais garder mon appartement: par prudence, par commodité administrative et fiscale, parce que c'est un bon investissement et que je dois pouvoir me le permettre. Parce que rien ne dit que nous ne nous installerons pas en France d'ici quelques années, quand Hawk sera lui aussi travailleur indépendant. Et parce que j'ai toujours rêvé de vivre entre deux pays, deux endroits très différents: d'un côté, le climat radieux et la douceur de vivre d'un village provençal, de l'autre, l'animation et la richesse culturelle d'une capitale européenne.
La transition ne devrait pas être trop brutale. Je me sens déjà chez moi dans cet appartement que Hawk déteste, dans ce quartier si populaire et proche de tout, dans cette ville pleine de charme, de caractère et de gens surprenants. Je fourmille de projets pour nous deux, et aussi pour moi toute seule: la plus grande proximité de Paris me permettra d'entretenir des rapports plus suivis avec les gens de mon boulot, de me remettre à fréquenter les salons et autres conventions, de voir mes amis sans être obligée de le prévoir deux mois à l'avance. Même ma famille sera désormais à deux heures d'avion plutôt qu'à cinq heures de train ou de voiture.
J'ai hâte d'y être. Depuis hier, la date est arrêtée: ce sera le 26 octobre. Presque un an jour pour jour après ma première rencontre avec Hawk.

Aucun commentaire: