vendredi 24 août 2007

"Naissance des pieuvres"

Ca commence un peu comme "L'effrontée": une ado gauche, taciturne et physiquement anodine flashe sur la blonde brillante vers laquelle convergent tous les regards. Elle fait tout pour l'approcher et devenir son amie, mais le rapport déséquilibré qui se développe entre elles n'est qu'une forme de servitude.
Puis le véritable sujet du film se précise: la naissance du désir chez trois adolescentes. Marie est fascinée par Floriane à laquelle elle se cramponne en silence et sans trop comprendre ce qu'elle attend d'elle; elle sait juste qu'elle ne supporte pas de la voir avec des garçons. Anne encore gamine dans sa tête est encombrée par un corps malgracieux, avide de faire ses premières expériences et vaguement amoureuse du petit ami de Floriane. Floriane souffre de sa beauté autant qu'elle en joue: toutes les filles hormis Marie la jalousent, tous les garçons ne pensent qu'à coucher avec elle, et elle traîne une réputation de salope alors qu'elle hésite encore à sauter le pas. Chacune à sa façon est encombrée d'elle-même; chacune à sa façon en devient tour à tour pathétique et cruelle.
J'ai rarement vu de film qui dépeigne aussi bien les tourments affectifs et hormonaux de l'adolescence. Les trois jeunes comédiennes livrent une performance à fleur de peau, et le traitement du sujet pourtant casse-gueule est remarquable de sensibilité pudique - ce qui ne m'a pas empêchée de me sentir gênée, comme prise en flagrant délit de voyeurisme pendant certaines scènes. L'ensemble sonne incroyablement juste, à un point presque dérangeant. J'ai retrouvé beaucoup des douleurs de ma propre adolescence à travers les personnages d'Anne et de Floriane, et une fois de plus je me suis réjouie que tout ça soit très loin derrière moi.
Mais le plus chouette dans ce film, c'est que Hawk est venu le voir avec moi et qu'il l'a aimé aussi. Avoir quelqu'un avec qui échanger ce genre d'impressions à la sortie du cinéma, ça n'a pas de prix.

1 commentaire:

Emilie a dit…

Bon je voulais y aller ce soir mais je suis toute seule, je vais peut etre attendre d'être accompagnée alors.