vendredi 7 septembre 2007

Voyage au Japon: les inquiétudes de dernière minute

Quand Hawk m'a lancé un "chiche qu'on va au Japon tous les deux?" sur MSN, on n'était même pas en couple. Pourtant, j'ai répondu "oui, volontiers", parce que je ne connaissais pas des masses de gens susceptibles de m'accompagner dans ce voyage que j'avais envie de refaire à ma façon.
On a cherché une date potentielle. L'hiver est trop froid au Japon; le printemps est la saison idéale mais j'avais déjà prévu de partir aux USA avec les VIP en mai; l'été il fait une chaleur humide insuportable pour les Occidentaux; l'automne est la saison des typhons. Idéalement, il aurait fallu attendre avril ou mai 2008. Mais je sentais bien qu'échafauder des plans de voyage à dix-huit mois avec un type dont je ne savais pas encore trop bien ce qu'il était pour moi, ça faisait beaucoup trop loin. En un an, déjà, il pouvait se passer mille choses susceptible de foutre nos projets en l'air. Donc j'ai dit banco pour septembre 2007: le plus gros des chaleurs estivales serait passé, et avec un un peu de chance, on tomberait entre deux typhons - il ne devait quand même pas y en avoir tous les jours. Puis si ça se trouvait, d'ici là, nous ne nous parlerions même plus, alors pourquoi nous prendre la tête d'avance sur de bêtes problèmes de météo ?
Un an plus tard, Hawk et moi nous apprêtons à faire notre vie ensemble, le voyage au Japon est organisé dans les moindres détails, les billets d'avion non remboursables sont pris depuis deux mois et un typhon sévit sur Tokyo en ce moment même. Moi j'dis: ça sent le gaz.
La seule chose qui me console de ne pas avoir attendu mai 2008, c'est qu'on aurait eu deux chances sur trois de tomber sur l'Homme, sa nouvelle copine et les fidèles de sa secte sa bande de groupies ses élèves au Kimi Ryokan. Je vois d'ici l'ambiance des vacances. En fait je crois que je préfère le typhon. Et même un petit tremblement de terre par-dessus le marché.

Aucun commentaire: