dimanche 18 novembre 2007

Mon Graal d'hiver

Depuis vendredi, il caille sévère à Bruxelles (surtout pour les gens qui se baladent en jean troué). J'ai apporté mes fringues les plus chaudes quand je suis venue m'installer ici, mais à l'allure où le mercure dégringole, elles ne vont pas suffire longtemps. Hier après-midi, j'ai donc entraîné Hawk dans une quête de pulls que je pensais boucler assez rapidement rue Neuve.
Naïve que je suis!
D'abord, j'oubliais que je ne supporte pas le contact de la laine, et que tout ce qui comporte plus de 15% de lambswool, d'angora ou même de cachemire est donc absolument exclus. A même la peau, il me faut du coton ou du synthétique, point. Et si je commence à superposer les couches, je me transforme très vite en Bibendum Michelin. Exit donc 80% des pulls proposés en magasin.
Ensuite, les décideurs de tendance sont de plus en plus sadiques. Ou alors, ils dessinent des fringues pour la Vénus de Milo. Quelqu'un peut me donner une raison valable de fabriquer des pulls sans bras? Si on porte un pull, c'est parce qu'on se gèle. Si on se gèle, on se gèle partout - on n'est pas entouré par une bulle de froid qui s'arrête miraculeusement aux épaules.
De l'épopée shoppingesque d'hier après-midi, il ressort que trouver un pull avec manches et pas en laine, c'est presque aussi difficile que se chausser chez Sacha (à dire plusieurs fois très vite) quand on fait du 35. Finalement, j'ai réussi à dégoter un col roulé beige tout doux en polyamide/acrylique/élasthane chez Etam, plus un col en V tabac (pour les garçons, tabac = sorte de marron) chez Camaïeu. Plus basique que rock'n'roll, mais pour l'instant ma préoccupation première c'est de ne pas mourir de froid.

2 commentaires:

noemie a dit…

Bonjour, j'ai moi aussi un peu lutté pour trouver deux pulls il n'y a pas si longtemps et ce qui m'a fait rire en lisant votre message, c'est que pour finir, j'ai acheté les mêmes que vous!!

Mélissa a dit…

Ca me fait penser qu'il faut que j'aille y faire un tour, dans la rue neuve.