dimanche 27 janvier 2008

Manuel vs digital

En ce début d'année 2008, Hawk et moi avons tous deux pris la résolution de nous remettre au dessin. C'est ainsi qu'hier après-midi, nous sommes passés chez Schleiper où j'ai investi dans une super boîte de 24 feutres Faber-Castell à pointe pinceau, puis à la Fnac City II où Hawk a passé en revue les différentes palettes graphiques du rayon info.
Une même résolution, deux approches diamétralement opposées. Hawk est très branché gadgets technologiques et exploite à fond les capacités de son MacBook. Pour ma part, je ne conçois l'art, quel qu'il soit, que comme quelque chose de sensuel, de tactile. Oui je fais des photos numériques, parce que c'est plus simple, que ça revient moins cher et que le stockage prend moins de place. Mais je tire systématiquement mes clichés favoris. Si je me suis mise à bloguer au lieu de continuer à écrire un journal intime, comme je l'avais fait pendant les 25 années précédentes, c'est uniquement parce que je suis consternée par la détérioration de mes vieux carnets.
Pour le reste, je refuse de passer au scrapbooking digital. Mon plaisir réside au moins autant dans la réalisation que dans le résultat, et je préfère cent fois me couvrir les doigts de colle que de cliquer sur une souris en fixant un écran d'ordinateur. J'aime entendre le crissement des ciseaux qui coupent un ruban, sentir la texture du bristol sous mes doigts, retenir mon souffle en priant pour que l'encre d'un tampon ne bave pas, humer la légère odeur de la peinture acrylique, tâtonner pour aligner les lettres autocollantes de mes titres, presser bien fort pour ne pas laisser la moitié d'un décalcomanie sur son support, caresser le bombé lisse d'un embellissement en epoxy. Il en va de même pour le dessin: en ce qui me concerne, la facilité du DAO ne remplacera jamais le plaisir de manipuler un arc-en-ciel de crayons de couleur, d'estomper la trace d'un 2B avec le gras du doigt, d'essorer doucement un pinceau en poils de sanglier pour ne pas trop diluer l'aquarelle, de sentir la pointe d'un Staedtler 0.3 glisser sur le papier jaunâtre d'un sketchbook Moleskine. Plutôt ne rien faire du tout que me priver de ces minuscules transports.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

En plus tu fais de si jolies choses en scrapbooking. J'ai gardé les deux dernières cartes de nouvel an que tu m'avais envoyées, mais celle que je préfère, c'est celle avec les coccinelles.

véro

ARMALITE a dit…

Misère je ne me rappelle plus de la carte avec les coccinelles. C'est pas beau de vieillir quand même :) Sinon en parlant de cartes: ça fait des années que j'ai arrêté d'en fabriquer et d'en envoyer pour les fêtes de fin d'année, mais je viens juste de recevoir la tienne et il y aura une réponse ^^

marie à tout prix a dit…

Ecrit comme ça, ça donne juste envie de s'y mettre.
N'ayant aucun talent artistique, je suis toujours en admiration devant ces gens qui manient le crayon, savent prendre LA photo...

Phil H a dit…

"tablette graphique", pas "palette" ...

ARMALITE a dit…

non mais t'as le droit de rouler sur les rails du tramway? ^^