samedi 9 février 2008

Une visite chez Eva Luna

Hier en fin d'après-midi, alors que nous nous baladions dans le quartier du Châtelain, Hawk et moi sommes tombés par hasard sur la boutique Eva Luna dont nous avions pas mal entendu parler sans jamais avoir l'occasion de la visiter. Ca tombait bien, il nous restait un quart d'heure à tuer avant de retourner au labo Fuji chercher nos tirages photos. Nous sommes donc entrés "juste pour voir".
Nous n'avons pas été déçus. La déco, l'ambiance et le style des articles étaient comparables avec ceux de Lady Paname, notre fournisseur habituel de jouets polissons. Ici aussi, nous avons eu affaire à une vendeuse classe, avenante sans ostentation et capable de parler de ses produits d'une manière décontractée et naturelle. Nous étions définitivement plus dans le registre Chantal Thomas que Beate Uhse: celui de la soie et du satin plutôt que de l'acrylique qui gratte, de l'acier chirurgical et du verre moulé plutôt que du plastique aux couleurs fluos, des courbes délicates plutôt que des proportions inhumaines, de l'objet unique posé sur un piédestal sans étiquette plutôt que des blisters entassés sur des perroquets.
Parmi les deux ou trois autres couples qui flânaient en commentant à voix basse les titres des bouquins ou la forme incongrue de certains substituts phalliques, nous avons eu la surprise de voir débarquer un trio visiblement composé d'une grand-mère, d'une maman et d'une fillette de 7 ou 8 ans. La visite en famille au sex-shop, voilà un concept original - une façon nouvelle de transmettre les valeurs féminines d'une génération à l'autre. Mais quand je pense à mon envie de rentrer sous terre le jour où ma mère m'a accompagnée pour acheter mon premier soutien-gorge, j'espère un peu que la pauvre enfant ne se rendait pas compte de ce qui se passait autour d'elle.
Nous n'avions pourtant pas l'intention d'acheter quoi que ce soit mais... J'avoue que j'ai fini par craquer sur ce petit bijou que je lorgnais depuis des mois - adorable et chicissime dans son coffret noir garni d'un coussin fuchsia. Pour la peine, j'ai été, paraît-il, la première à recevoir un des nouveaux et ravissants sacs de la boutique. Nous reviendrons probablement.

3 commentaires:

Sylvie a dit…

Je suppose que les prix aussi est plus proche de ceux pratiqués chez Lady Paname que ceux de Beate Uhse ou des catalogues genre Pabo... ?

ARMALITE a dit…

Ouaip, c'est sûr que c'est pas donné... Mais franchement je préfère un beau sextoy à 100 euros que trois moches à 30 euros.

Sylvie a dit…

Ah oui?