dimanche 10 août 2008

Non je n'ai pas une mémoire de poisson rouge, c'est juste que je me laisse distraire facilement

Hier après-midi, je suis partie en ville avec Chouchou faire quelques courses. J'avais besoin des choses suivantes:
- une carte postale représentant un chat pour envoyer à un Postcrosser chinois dont c'est le thème de prédilection
- une recharge pour mon GSM belge sur lequel il ne me reste plus que 2 euros de crédit
- une bombe de répulsif félin pour vaporiser sur le canapé et éviter que Copernique continue à faire pipi dessus (même si nous n'avons pas eu de nouvel incident depuis plusieurs jours)

Quatre heures plus tard, nous sommes rentrés fourbus (et, pour 50% d'entre nous, les orteils changés en Knacki Balls par leurs sandales compensées à lanières) avec ceci:



- "Design it yourself", bouquin trouvé à l'excellente librairie Peinture Fraîche qui, d'ordinaire, est systématiquement fermée lorsque nous voulons y faire des emplettes. Surprise: en pleine période de congés annuels, cette fois, elle était ouverte. Pendant que Chouchou bavait sur "The art of Totoro" et le reposait en rayon, estimant prématuré d'attaquer l'aquarelle alors qu'il en est encore à gribouiller des mannequins anatomiques au crayon, je cherchais vainement un ouvrage illustré sur les art journals et, n'en trouvant pas, me rabattais sur ce livre à la 4ème de couv prometteuse.

- Pleiiiiiin de fournitures de scrap provenant d'une descente à Scrapmania, boutique bruxelloise quelque peu excentrée mais dotée d'une propriétaire sympathique et d'un stock assez varié. Moi qui, d'habitude, commande toujours mes fournitures aux USA, j'ai découvert là plusieurs marques européennes très chouettes comme Glitz ou Rose Moka, et quelques produits intéressants dont des tampons caoutchouc roll-on et des mats en feutrine. Pendant ce temps, Chouchou s'amusait à photographier Diabolo, le gardien des lieux, sous toutes les coutures.

- Des Saima de Chie Mihara. Pour la petite histoire, ça fait des semaines que plusieurs fois par jour, je vais sur le site de Sarenza admirer les mêmes pompes en rose vif. Mais je ne pouvais pas me résoudre à dépenser 213 euros pour des chaussures quand même fort difficiles à asssortir et probablement trop grandes pour moi (sur le site, la première pointure disponible est le 36; or je fais un 35, et sur les escarpins, ça ne pardonne pas: on a vite fait de se retrouver un pied nu sur le trottoir, une chaussure un mètre en arrière et l'air passablement con). Et là, miracle: en passant chez Les Anonymes 5 minutes avant la fermeture, que vois-je juste à côté de l'entrée? Tout un assortiment de Chie Mihara soldées à moitié prix. Dont les fameuses Saima, dans une couleur beaucoup plus praticable (violet foncé), en 35 1/2 et à 108 euros. J'en aurais pleuré de bonheur.

Quant à mon correspondant chinois... Il attendra sa carte quelques jours de plus.

5 commentaires:

JF a dit…

A quand un musee de la chaussure qui se visite :-) ?

Ingrid a dit…

C'est où Les Anonymes ?

ARMALITE a dit…

Rue du Bailli... sur le même trottoir et un peu avant Zao quand tu vas en direction de l'église. Un grand magasin blanc en forme de U. Ils ont des chaussures de folaïe là-dedans.

Ingrid a dit…

L'info que je n'aurais jamais dû recevoir mais que je te remercie tout de même de me filer...

ARMALITE a dit…

De rien, je suis toujours prête à entraîner une consoeur avec moi dans le vice et la luxure ^^