mardi 5 août 2008

Une épaule transpirante sur laquelle pleurer

Cette fois, le séjour à Monpatelin n'aura guère été réjouissant. Accablée par la chaleur et par le boulot, j'ai passé les trois derniers jours à bosser chez moi en sous-vêtements, volets fermés et ventilateur à fond, en buvant un litre de Coca Light toutes les 12h. Je n'ai pas eu le temps de photographier mes vieilles pages de scrap, ni de procéder à un tri sévère de ma garde-robe comme je l'avais prévu. Je n'ai pas non plus réussi à trouver un créneau pour goûter avec Etre Exquis ou pour shooter ma nouvelle Blythe. Je voulais voir ma voisine pour lui demander un service: elle était partie en vacances. Comme d'habitude, mon mitigeur de douche est coincé en position chaude (ce qui m'a permis de découvrir qu'on peut transpirer dans l'eau, si si, je vous jure), et j'ai dû me battre contre ma bouteille de gaz pour manger autre chose que des salades de crudités ou des plats micro-ondés. Cerise sur le gâteau: j'ai passé deux soirées à jouer le Bureau des Pleurs sur MSN de 22h à 02h du mat'.

Mon esthéticienne, avec qui je suis devenue assez copine, est poursuivie par la poisse en ce moment. Son chauffe-eau a lâché, lui déversant 100l d'eau sur la tête (...et sur le plancher de son appart), le jour où son frère adoré avait un grave accident de voiture. Si on ajoute à ça qu'elle est peut-être enceinte d'un type dont elle est folle mais qui ne semble pas décidé à poursuivre leur relation... C'est une chouette fille et je me dis qu'à sa place, j'aimerais bien avoir quelqu'un à qui parler; alors bon, j'essaie de lui remonter le moral. Je fais de mon mieux mais bien entendu, je n'ai pas de baguette magique pour tout arranger, et ma bonne volonté ne suffit pas.

Mais je ne devrais pas me plaindre. D'abord, j'ai l'immense chance de retourner demain dans mon pays d'adoption où il tombe un déluge et où la température a chuté si brutalement que Chouchou a dû ressortir la couette du placard dans lequel elle était rangée depuis, oh, bien une semaine. Sarcastique, moi? Naaan. Ensuite, vendredi soir, Kris m'a fait la bonne surprise d'une longue conversation MSN poursuivie au téléphone; j'étais super contente d'avoir de ses nouvelles. Et puis samedi, j'ai passé un délicieux moment avec Kiki et sa famille. Chaque fois que je les vois, je me félicite d'avoir résisté à ma première impulsion de couper les ponts avec eux après ma rupture avec l'Homme - je craignais que continuer à les fréquenter remue trop de souvenirs douloureux. Et ça a été le cas un temps, mais ça valait le coup d'insister. Je ne vais pas dire ici tout le bien que je pense d'eux, parce qu'ils lisent ce blog et que je ne veux pas donner l'impression de leur passer de la pommade. Mais *love*. Juste *love*. Et la pizza maison n'y est pour rien. Ou alors, juste un tout petit peu :)

Enfin, j'ai quand même réussi à: profiter de la fin des soldes pour dénicher une mignonne paire de chaussures plates en satin gris clair à 29 euros, ainsi qu'une adorable jupe rose et grise ornée de petites fleurs à 7 euros seulement; à finir la lecture de l'excellent "Baguettes chinoises" de Xinran, que je traînais depuis des mois; à tester le service livraison et les surgelés Picard (tous deux très bien); et surtout à mettre en place un blog de scrap que je pense ouvrir à la lecture en fin de semaine. Stay tuned!

Aucun commentaire: