mercredi 19 novembre 2008

"Breaking dawn"

Quatrième et dernier tome de la série de Stephenie Meyer, "Breaking dawn" ("Révélation" en VF) conclut l'histoire de Bella et d'Edward. Comme prévu, il commence par le mariage des deux tourtereaux et se poursuit par leur lune de miel sur une île sud-américaine. Là, Bella obtient enfin ce qu'elle veut: qu'Edward lui fasse l'amour pendant qu'elle est encore humaine. Et ce dont on se doutait que ça arriverait arrive effectivement: notre héroïne tombe enceinte. Plus surprenant: son bébé grandit à un rythme accéléré en la dévorant de l'intérieur*. Ce qui va finalement obliger Edward à la transformer en vampire pour la sauver. Bien entendu, les ennuis ne font alors que commencer: humaine ou non, Bella reste un véritable aimant à problèmes!

J'avais lu sur internet énormément de critiques de fans déçus par ce dernier tome de la série, se plaignant que tout se résolvait beaucoup trop facilement. Je ne partage pas leur déception. C'est vrai que l'histoire de la grossesse bouclée en un mois et de l'enfant âgée de trois ans au bout de quelques jours m'a fait grincer des dents: elle avait le goût de la nécessité scénaristique à laquelle l'auteur était infichue de fournir une explication crédible. Là, en tant que lectrice, je me suis un peu sentie prise pour une truite. C'est vrai que Bella réussissant à se maîtriser tout de suite après sa transformation et sautant l'étape qu'elle redoutait depuis le début, c'est vaaachement pratique pour la suite - mais il n'est pas (trop) implausible que ce soit effectivement dû à toute la préparation dont elle a bénéficié. C'est vrai que le fait que Jacob "reconnaisse" Renesmée** tombe un peu trop à pic pour résoudre les problèmes du triangle amoureux, mais parce que ça avait été préparé à l'avance (un autre membre de la meute qui "reconnaît" une fillette, la conviction inexplicable de Bella que Jacob fait partie de sa famille), je n'ai pas trouvé ça choquant. C'est vrai, enfin, que la série se termine quasiment en happy end à la Disney et que pour rester dans le ton, il aurait fallu que le camp Cullen subisse quelques pertes.

Mais ces faiblesses ne m'ont pas empêchée d'adorer "Breaking Dawn". J'ai aimé toute la seconde partie vue à travers les yeux de Jacob (comme l'épilogue d'"Eclipse"); le changement de ton et de perspective était, à ce moment de la narration, extrêmement approprié. J'ai aimé que l'auteur dévoile enfin la raison pour laquelle Edward n'entend pas les pensées de Bella, et que cette raison s'avère l'instrument de leur victoire finale. J'ai aimé le rassemblement de vampires venus des quatre coins de la planète, chacun avec ses motivations et ses particularités. J'ai aimé l'atmosphère glaçante de la confrontation avec les Volturi. J'ai aimé l'évolution globale de la série et de son héroïne: lycéenne terne au début de "Twilight", puissante immortelle à la fin de "Breaking Dawn". Stephenie Meyer n'est peut-être pas le meilleur écrivain du monde, mais elle a réussi à me tenir en haleine sur quelques 2500 pages, et je lui tire mon chapeau pour ça.

*Stephenie Meyer aurait-elle puisé son inspiration dans mes cauchemars?
**et là, je suis d'accord avec les fans déçus: j'ai rarement entendu un prénom plus vilain!

1 commentaire:

petiteflo a dit…

J'aime beaucoup cette "série" d'ouvrages découverte par ton intermediaire et qui vient à merveille étoffer ma collection "vampirique". Ce sont des livres recreatifs qui font du bien et qui ne me feront en rien rougir de les dévorer avec delectation. Merci :-)