jeudi 6 novembre 2008

"Ugly Betty" saison 2

On retrouve dans cette deuxième saison la plupart des éléments qui faisaient la saveur de la première: l'identité graphique forte, la fraîcheur désarmante de Betty, les one-liners de Wilhelmina*, le contraste entre la vie d'une famille d'immigrés mexicains et le monde archi-superficiel de la mode. Les acteurs sont toujours aussi hilarants, notamment Vanessa "just a simple girl with an evil plan" William, Becky Newton parfaite en écervelée tête-à-claques occasionnellement très touchante, ou Judith Light dont le personnage prend ici toute sa dimenson dramatique et comique.
Côté histoire, en revanche, ça part un peu dans tous les sens - et ce, avant même le déclenchement de la grève des scénaristes. La romance condamnée de Betty et d'Henry n'a pas tardé à m'énerver; au moins deux fois par épisode, j'apostrophais mon poste de télé: "Rhâââ, mais qu'est-ce que tu lui trouves à ce type? Il est chiant comme la mort. Sors avec Gio!". J'ai trouvé le mariage Slater/Meade et ses conséquences juste grand-guignolesques. Les hauts et les bas de la relation fraternelle entre Daniel et Alexis sont vite devenus lassants. La mise hors jeu de Renée dépassait les bornes de l'infâmie. Oh, et le retour du mari de Christina sent les pieds à deux kilomètres - nous verrons la saison prochaine, mais je pense qu'il essaie juste de l'arnaquer.
Bon, je râle, mais ça ne m'a pas empêchée de suivre toute la saison avec plaisir et en m'esclaffant à de nombreuses reprises, ce qui est quand même l'essentiel. J'espère seulement que la saison 3 retrouvera la fluidité de la 1.

Aucun commentaire: