mardi 4 novembre 2008

Utopiales 2008: les dédicaces (5) la dédicace manquée

Vendredi soir, ma copine Jeanne-A. Debats a réussi un superbe doublé en recevant, coup sur coup, le Prix Julia Verlanger et le Grand Prix de l'Imaginaire pour sa novella La vieille Anglaise et le continent. J'avais justement emporté mon exemplaire dans l'idée de le lui faire signer quand elle aurait une minute. De toute façon, nous n'allions pas arrêter de nous croiser pendant tout le week-end, pensais-je naïvement.

Oui mais non. Samedi après-midi, peu de temps après mon arrivée à la Cité des Congrès, je suis en train de traîner dans l'espace librairie quand j'aperçois Jeanne-A. de l'autre côté des ficus en pot qui protègent les auteurs en train de dédicacer d'un éventuel backstab commis par un fan dérangé. Je lui fais coucou et crie: "Attends-moi, j'arrive tout de suite!".

Mais le temps de me frayer un chemin parmi la foule jusqu'à l'extérieur de l'espace librairie, Jeanne-A. s'est volatilisée. Je ne l'aperçois nulle part ailleurs sur la vaste mezzanine, ni même dans les escaliers qui relient cette dernière à l'étage inférieur. Etrange. En plus de son pouvoir de métamorphose draconique, aurait-elle celui de se téléporter à la vue d'une importune? Je ravale mon dépit en me disant que je la recroiserai sûrement plus tard - selon toute probabilité, au bar qui semble être le point de rassemblement désigné de tous les Utopialistes.

Oui mais re-non. J'aurai beau faire des passages répétés au bar et aller quasiment dévisager sous le nez toutes les brunes sexy à longs cheveux raides repérées de dos, de Jeanne-A. je ne reverrai point jusqu'à mon départ. Et je rentrerai chez moi avec mon exemplaire de La vieille Anglaise... toujours vierge de dédicace. Snif.

2 commentaires:

Delphine a dit…

Ç'a été pareil pour tout le monde, j'ai l'impression. Pas moyen de la voir plus de 5mn au même endroit, pas moyen d'échanger plus de trois mots et demi, un emploi du temps de ministre condensé sur trois jours ^^

(Et, pssst : y'a pas de point au A de Jeanne-A, en fait. Elle y tient, apparemment.)

/D.

PCF : je crois qu'on s'est (re)croisées à la librairie, j'ai fait coucou, et comme tu n'as pas semblé me reconnaître, j'ai eu un doute. Tant pis. C'est pas comme si j'avais eu grand-chose à dire, à part "j'aime bien ton blog" ;p

ARMALITE a dit…

Si elle n'est pas contente de mon orthographe, qu'elle vienne me le dire elle-même ^^

Tu es bien la forumeuse au pseudo "inspiré de Pratchett"? J'ai eu un instant d'hésitation quand tu m'as hélée, et au moment où j'allais prononcer ton pseudo, tu t'es excusée en disant que tu m'avais confondue avec quelqu'un d'autre :)