dimanche 23 novembre 2008

Moi aussi, j'ai rejoint la secte

Voilà, j'ai craqué.
Je me suis inscrite sur Facebook. Hier en rentrant du cinéma où je venais de voir un film médiocre. Il était 22h, nous avions encore une fin de soirée à tuer et Chouchou rigolait tout seul en regardant son mur. Ca m'a rendue jalouse. Je n'aime pas me sentir mise à l'écart, même quand je m'y suis mise toute seule.
Une heure après avoir basculé du côté obscur de la Force, j'avais déjà 6 amis et j'étais occupée à taper frénétiquement dans la barre "rechercher" le nom de tous les gens que j'ai jamais rencontrés dans ma vie (pas pour les inviter, juste pour voir s'ils "en étaient"). Et ben même une sociopathe dans mon genre connaît beaucoup, beaucoup de monde.
Constatation: la plupart des membres de ma famille ont un nom trop commun. Impossible de retrouver le moindre de mes cousins dans les listes pléthoriques de Jean-François R, Martine F, Nathalie G ou Frédérique D. Itou avec certains amis perdus de vue que j'aurais retrouvés avec plaisir. Par contre, j'ai une homonyme "peignée comme un dessous de bras" pour reprendre l'expression de Phil H, qui a été scolarisée dans l'autre grand lycée de ma ville natale et fréquente la même ophtalmo et le même coiffeur que moi (chose que je savais déjà car on a tenté plusieurs fois de me refiler ses lunettes ou de me teindre les cheveux de la même couleur que les siens).
Après avoir épuisé mon carnet d'adresses, je ressemblais à une junkie qui vient de se faire son premier shoot d'héro. Je tirais sur la manche de Chouchou en réclamant "encore, encore" tandis qu'un léger filet de bave me coulait au coin des lèvres.
Je me suis rempli un profil Travel Brain. Et j'ai été très vexée de voir qu'avec mes plus de 90 villes visitées et mes voyages extensifs à travers les Etats-Unis, j'obtenais moins de points que Chouchou, tout ça parce qu'il a été une fois en Egypte et une fois en Thaïlande. J'ai eu beau me creuser la tête pour en exhumer le nom du moindre petit village où j'ai passé plus de deux heures dans toute ma vie, impossible apparemment de rivaliser avec une croisière sur le Nil et les temples de Chiang Mai. Grmbl.
A une heure du matin, il a littéralement fallu m'enlever mon portable des mains et m'envoyer me coucher sous la menace.
Ce matin, ma première pensée en ouvrant les yeux a été "je me demande combien j'ai d'amis en ce moment?". En même temps c'est bien: l'envie de vérifier m'a empêchée de traîner au lit jusqu'à onze heures.
J'ai poussé des cris de joie en voyant que mes amis étaient désormais au nombre de 15. D'un coup d'un seul, je me suis sentie populaire (un sentiment très nouveau pour moi). Puis je me suis plongée avec délices dans Virtual Bookshelf: enfin un moyen d'archiver mes nombreuses lectures! Là, je regarde Chouchou installer les luminaires achetés le week-end dernier en inspectant les amis de mes amis et en cherchant des tests stupides à faire. Je suis : monomaniaque pathétique.

5 commentaires:

lul'oups a dit…

Ca fait toujours ça la première fois! Après, on se calme...
Enfin j'espère pour toi! ;-)

Niana a dit…

Rhooo oui ... ça rend accro ce machin !

Mélissa a dit…

Eh bien tu sais où je me trouve! ;-)

Marc a dit…

Une secte ??? Une fois qu'on a commencé difficile d'arrêter, mais c'est beaucoup moins nocif que le tabac...

Lecteur assidu depuis des années, j'espère pouvoir devoir devenir ton amis :-)

Marc a dit…

Sans "s" ami....