lundi 8 décembre 2008

"Twilight"

En Belgique, il fait moche environ 370 jours par an. En Belgique, la Poste c'est rien que des fainéants et les services de douane, un ramassis d'escrocs. En Belgique, y'a des speculoos dans tout. En Belgique, il faut se battre plusieurs mois avec les télécom et les fournisseurs d'accès internet pour obtenir l'ADSL. En Belgique, on ne peut pas réclamer de carafe au restaurant. En Belgique, les sauces sont en supplément et les toilettes souvent payantes.

Mais en Belgique, les films américains sont généralement sur les écrans de cinéma un à deux mois avant leur sortie en France. Ainsi cet été, j'ai pu faire bisquer une bonne partie de mes amis en allant voir "Wall-E" et "The Dark Knight" longtemps avant eux. Et hier après-midi, je suis allée avec Chouchou à l'UGC Toison d'Or voir l'adaptation de "Twilight", série que je pense n'avoir plus besoin de vous présenter vu que je vous bassine avec depuis un mois.

Les compte-rendus lus au préalable ne m'avaient guère permis de me faire une idée. De manière générale, ceux des fans des romans étaient enthousiastes; ceux des critiques professionnels, plutôt méprisants. Le nom de la réalisatrice (Catherine Hardwicke, à qui je dois un de mes films préférés, "Lords of Dogtown") me rassurait quelque peu. Et la présence au générique de Robert Pattinson avait l'effet inverse. Tout était donc possible.

Verdict? Je suis sortie du cinéma peut-être pas tranportée, mais beaucoup plus satisfaite que je ne l'imaginais. Pour une fois, je n'ai pas été déçue par la transposition à l'écran d'un livre que j'avais apprécié. L'atmosphère de Forks - son côté sombre et pluvieux, la touffeur de la végétation et le gris tourmenté de l'océan - est extrêmement bien rendue. Le scénario demeure globalement fidèle à l'histoire; les quelques raccourcis qu'il s'autorise sont plutôt bienvenus dans les deux premiers tiers, et les scènes rajoutées m'ont paru assez pertinentes. En revanche, j'ai regretté que la traque (à mon avis la partie la plus intéressante du roman) soit réduite à une peau de chagrin. Je suis partagée sur la question des effets spéciaux: la scène où Edward grimpe aux arbres avait des relents de "Tigre et dragon", et je l'ai trouvée plus ridicule qu'autre chose; en revanche, la partie de base-ball prend une dimension que les mots ne suffisaient pas à lui donner.

Le romantisme de la série est bien rendu, sans mièvrerie ou emportements excessifs. Bien qu'un peu trop jolie pour son rôle, Kristen Stewart campe une Bella très satisfaisante. Par contre, et comme je le craignais, je n'ai pas été conquise par Robert Pattinson dans son interprétation d'Edward. Quant aux personnages secondaires, Charlie mis à part, ils n'ont que trop peu de temps à l'écran pour faire une impression. J'attendrai les films suivants pour juger de leur performance, même si je peux déjà dire que d'un simple point de vue physique, ni Carlisle, ni Jacob, ni Jasper ni même Alice ne correspondent à ce que j'imaginais.

Aucun commentaire: