vendredi 27 février 2009

Une soirée au Cercueil

Ce soir, Editeur Préféré avait organisé une petite sauterie à Bruxelles pour fêter son partenariat avec un nouveau distributeur belge. Pour une fois que c'est Paris qui vient à moi et non l'inverse, vous pensez bien que je n'ai pas refusé l'invitation. En plus, il se trouve que le staff d'Editeur Préféré comprend tout un tas de gens sympathiques dont je me ferais volontiers des amis si j'avais un peu plus d'occasions de les voir. Et que le buffet était l'oeuvre du Pain Quot'. Et que la soirée avait lieu au Cercueil, où je n'avais jamais mis les pieds mais qui est paraît-il un lieu haut en couleurs qu'une ex-goth comme moi se doit d'avoir visité au moins une fois.

Après avoir piteusement regagné mes pénates à 23 heures, je peux vous dire que:
- Le buffet du Pain Quot' est effectivement une tuerie, depuis ses tartines assorties toutes plus délicieuses les unes que les autres jusqu'à ses tartelettes au citron ou au chocolat capables de ravir même une fan invétérée de salé comme moi.
- Je trouve toujours ça dommage quand une châtain à cheveux fous pleine de chien se décolore en blonde lisse, même si c'est bien fun d'écouter ses récits de voyage à mille lieues des miens (le Québec en traîneau par -35° avec une seule douche en dix jours est clairement une expérience au-dessus de mes forces).
- A chaque rencontre, mes impressions sur Adriana et Barbara se confirment: la première est l'une des personnes les plus intéressantes que j'ai eu le privilège de rencontrer, et la seconde une des filles les plus adorables de la création - le genre qu'on a envie de prendre dans ses bras pour lui souhaiter tout le bonheur du monde.
- Me passer "Misplaced Childhood" de Marillion en musique de fond, c'est un coup à m'empêcher totalement de me concentrer sur quoi que ce soit hormis les accords de guitare et la voix de Fish.
- Les cercueils en guise de tables, les couronnes mortuaires accrochées aux murs et les boissons servies dans des crânes, ça m'aurait sûrement fait tripper à quinze ans; là, j'avais juste envie de réclamer que quelqu'un allume la lumière pour que je puisse voir les gens auxquels je parlais.
- Trois ans après avoir arrêté de fumer, je ne supporte plus DU TOUT la fumée de clope. Ca me pique les yeux, ça m'empêche de respirer et l'odeur imprégnée dans mes cheveux me donne envie de gerber. C'est ce qui a fini par me faire fuir lâchement alors que j'aurais bien tapé la discute avec certains jusqu'au bout de la nuit - et c'est ce qui va m'obliger à brûler mes fringues faire une lessive demain matin au saut du lit.

4 commentaires:

sagattine a dit…

Bonjour Armalite;

J'ai découvert ton blog par MBDF et je le trouve vraiment sympathique, c'est un vrai plaisir de te lire! Maintenant je t'ai rajouté à mon rituel lecture de blog le matin, je vais finir par passer ma journée devant l'ordi :-))
Bonne continuation

Sagattine

ARMALITE a dit…

Merci beaucoup Sagattine! MBDF est une mine à plus d'un titre; moi aussi j'ai commencé à suivre les blogs de plusieurs autres lectrices ;-)

Ingrid a dit…

Le cercueil fut le café de Bruxelles où je me suis pris le plus grande nombre de cuites honteuses... Satané cocktail "Amour macabre" ! Rien que de te lire, j'en ai la nausée :D

bouclesdor a dit…

le cercueil, alalalala, tout ça ne nous rajeunit pas
idéal a 16 ans, mais un peu too much passé 20