mardi 24 mars 2009

"Le clairvoyage"

J'avais entendu dire énormément de bien de ce bouquin sur le forum d'Editeur Préféré. Depuis quelques mois déjà, il sommeillait dans mon panier Amazon en attendant que je passe une commande d'ouvrages français. Sauf qu'évidemment, mon étagère de lecture en attente se remplissant de livres étrangers ou de SP filés par des potes plus vite que je ne parviens à la vider, commande je ne parvenais jamais à passer.
Puis il y eut le Salon du Livre et ce mémorable déjeuner où Anne Fakhouri et moi laissâmes verbalement libre court à nos penchants de femelles castratrices, réduisant tous les convives mâles à un silence consterné. Et la curiosité l'emporta: j'avais trop envie de savoir quel genre de roman jeunesse avait pu commettre un esprit peu ou prou aussi tordu que le mien.
Réponse: un conte de fées intelligent et sensible, dépourvu de la mièvrerie et du manichéisme qui caractérisent la plupart des romans jeunesse (ainsi qu'une bonne partie des sirupeux romans pour adultes que l'on trouve régulièrement en tête du classement des meilleures ventes). Ses parents ayant été tués dans un accident de voiture, Clara, douze ans, se voit confiée à la garde d'un oncle qu'elle ne connaît pas et qui vit avec une femme mystérieuse dans une maison bourrée de secrets. Secrets que, malgré son chagrin et son scepticisme initial, la fillette va bientôt s'atteler à démêler avec l'aide du charmant et exaspérant Gauvain.
Si "La brume des jours", qui poursuit et conclut "Le clairvoyage", est à la hauteur de celui-ci, je pense que nous tenons là un classique potentiel. Dès les premiers chapitres, l'auteure plante une atmosphère bien à elle, entre mélancolie, réalisme et féérie. En narrant son histoire du point de vue de Clara, elle a l'habileté de toujours laisser planer un doute sur les motivations des personnages secondaires et sur ce qui se trame réellement autour de son héroïne. Bien qu'elle s'inspire assez évidemment du "Songe d'une nuit d'été", elle sait s'approprier le mythe des faerie en lui confrontant un joli personnage de fillette maligne qui ne déparerait pas dans un roman de Neil Gaiman.
Bref, vous l'aurez compris, je recommande chaudement la lecture du "Clairvoyage" aux petits comme aux grands! Et j'attends avec impatience la sortie de "La brume des jours" en début de semaine prochaine.

1 commentaire:

Eve a dit…

Très bon compte rendu de lecture. ca donne envie !

J'ai adoré le Clairvoyage et ma fille aussi. Je pense attaquer La Brume des Jours bientôt !