jeudi 19 mars 2009

Le Train Bleu

Bien que je sois passée des dizaines de fois au pied de ce restaurant très chic situé à l'intérieur de la gare de Lyon, je n'avais encore jamais eu l'occasion d'y manger - et cette fâcheuse lacune ne serait toujours pas comblée sans JC qui a suggéré que nous nous y retrouvions dimanche soir.

Arrivée un peu en avance, j'ai été conduite à une banquette de velours bordeaux par un serveur comme je les aime: plein d'une déférence non gluante qui me donne l'impression d'être une dame (alors que je portais ce jour-là une mini-jupe à carreaux avec des collants toile d'araignée, des boots de moto et un blouson en cuir noir). J'ai juste eu le temps de jouer les touristes ploucs ébahies devant le décor somptueux et de mitrailler discrètement celui-ci avant d'entendre derrière moi la voix de JC.

Bien entendu, la carte était pleine de mets tous plus alléchants les uns que les autres et le choix a été rude. Au final, nous avons prix exactement la même chose: le risotto aux cèpes en entrée avec un verre de Crozes Hermitage blanc, puis la poitrine de veau "oubliée" au four (qui est paraît-il un des grands succès de l'établissement) avec un verre de Château Puech Haut rouge absolument formidable. Je suis plus amatrice de bon vin que réellement connaisseuse; par chance, JC est très calé en la matière et sa sélection ne m'a encore jamais déçue. Il aurait été raisonnable que je m'arrête là, mais je n'ai pas résisté à l'envie de prendre un dessert: une crème brûlée avec sa marmelade d'orange sanguine et ses mini-blinis au chocolat, tandis que JC optait pour un classique mais succulent vacherin. Je ne l'ai pas regretté, même quand mon estomac trop lourd m'a empêchée de m'endormir avant près de 5 heures du matin. Ce n'est pas tous les jours qu'on a le plaisir de dîner dans un lieu mythique, et en bonne compagnie de surcroît.

La soirée s'est terminée (fort tard, donc) dans le nouvel appartement que JC vient d'acheter à Choisy-le-Roi, devant la retransmission télévisée de la finale d'un grand tournoi de poker. En plus d'avoir découvert la différence entre un navet et un panais, je connais désormais les règles du Texas Hold'Em. On ne sait jamais, ça peut toujours servir dans une trad, un jour.

1 commentaire:

gren a dit…

Le cadre est magnifique ! Ca fait rêver...