jeudi 14 janvier 2010

Out with the old, in with the new

Je raffole des illustrateurs de La Marelle, avec leurs univers féériques qui vont du joliment sucré au subtilement angoissant en passant par le gothique enchanteur. Aussi, quand j'ai décidé que j'avais assez vu mon vieux répertoire Susan Branch, je n'ai pas mis très longtemps à lui trouver un remplaçant. Et malgré mon amour pour le travail de Benjamin Lacombe, j'ai choisi ce modèle de Peggy Nille dont le motif oiseau et l'association de tons rouge-bleu m'avaient fait craquer.

Cet après-midi, à la faveur d'une averse qui m'a empêchée de concrétiser mon projet de courses utilitaires au centre commercial voisin, je me suis attaquée à la tâche délicate de recopier l'adresses et le numéro de téléphone de tous mes contacts. Et le plus difficile n'a été ni la phase de vérification dans les pages blanches en ligne (malgré une connexion internet d'une lenteur exaspérante), ni celle d'écriture proprement dite (même si, ordinateur oblige, j'ai perdu l'habitude de manier longtemps le style et attrape très vite des crampes aux doigts). Non, le plus dur, ça a été de juger qui je transférais dans mon nouveau répertoire et qui j'effaçais définitivement de ma vie... si tant est qu'une telle chose soit encore possible à l'ère Facebook.

- Fleur B, vieille copine de la danse que je connais depuis 25 ans. On n'avait déjà plus grand-chose à se dire avant qu'elle fasse un bébé avec un type rencontré quelques mois plus tôt (après m'avoir soûlée pendant une éternité avec ses histoires d'amour foireuses et l'ennui qui la plombait dès que l'une d'entre elles durait plus d'un an ou deux), mais maintenant qu'elle est à fond dans son trip mère de famille, je crois que je peux la rayer de ma vie sans remords.

- Nadine B, copine de l'Homme que j'appréciais énormément: cultivée, chaleureuse, créative, un bonheur de petit bout de femme. En plus, elle a divorcé de son mari au moment où je me séparais de l'Homme - probablement pour les mêmes raisons, soupçonne-je. J'ai pensé à l'appeler pour qu'on aille se faire une virée shopping à Aix et qu'on casse ensemble du sucre sur le dos de nos ex. Et puis je n'ai pas osé, et maintenant, il est presque quatre ans trop tard. Dommage.

- Korrigan. Membre de la fameuse "bande des six", grande époque jeu de rôles. Je n'avais déjà pas très bien réagi aux avances qu'il m'avait faites quelques mois après la naissance de sa fille, mais depuis que son ex-compagne m'a expliqué qu'il passait tout son temps libre à se droguer avec ses potes et qu'il l'avait battue pendant qu'elle était enceinte, autant dire qu'il n'existe plus pour moi.

- Captain. Mmmh. J'ai envisagé de lui envoyer une carte pour ses 40 ans en novembre dernier, et je me suis dit que ça ne servirait qu'à retourner le couteau dans la plaie (même si j'imagine qu'elle est refermée depuis le temps). A ranger définitivement au rayon des souvenirs.

- Valérie, mon esthéticienne à domicile. Preuve vivante qu'il ne faut pas établir de rapports trop familiers avec le petit personnel des gens auxquels seuls nous relie une pilosité obstinée dans les régions inférieures. Etre élevée au rang de madame Irma de sa vie amoureuse, juste parce que j'avais fait entendre quelquefois la voix du bon sens, a fini par devenir pesant. Résultat: depuis le mois de mai, je rachète des rasoirs jetables et des bandes de cire froide.

- L'Homme. Poubelle. Et si je pouvais l'y jeter pour de vrai avec son numéro, ce serait encore mieux, tiens.

- Mon ex-mari qui, pour une raison inconnue, n'ose même plus me regarder en face lorsque le destin nous remet en présence l'un de l'autre onze ans après notre divorce. Je préfère ne pas prendre le risque de le traumatiser en composant accidentellement son numéro.

- Rose J, séropositive bretonne avec qui j'ai correspondu pendant des années, et à qui j'envoyais des colis de vêtements pour sa fille chaque fois que je faisais du vide dans mes placards. Ses lettres m'ont rendue plus humaine, je crois. Un jour, elle a cessé de me répondre. Je ne saurai probablement jamais pourquoi; j'espère que ça n'est pas pour la raison la plus évidente.

- La cousine d'Etre Exquis (grâce à qui je l'ai connu). Aussi charmeuse que lui. Aussi réellement snob qu'il fait semblant de l'être pour rire. Aussi raciste qu'il est dépourvu de préjugés. En plus, elle a failli me mettre dans une merde professionnelle noire. Je me contenterai de prendre de ses nouvelles de loin en loin.

- Catherine M, ma grande copine de l'aïkido. Elle avait avec son mec de l'époque une histoire étrangement semblable à celle que je vivais avec l'Homme, et qui s'est également terminée par un cocufiage doublé de lâcheté patentée. Comme moi, pendant qu'elle léchait ses blessures, elle a rencontré un type génial. Pas comme moi, elle en a profité pour assouvir ses envies de maternité. Another one bites the dust...

- Plein de gens de ma (honteuse) période Popstar avec lesquels il y a eu des embrouilles dignes d'une classe de CM1. Et encore, c'est accorder peu de crédit aux enfants de dix ans.

Mon répertoire ne s'est pas retrouvé trop vide pour autant, car j'en ai profité pour y ajouter tous les gens retrouvés ou rencontrés ces dernières années - essentiellement, une flopée de blogueurs belges, espèce dont on ne dira jamais assez de bien malgré l'amour suspect de certains d'entre eux pour les speculoos et la purée dans la choucroute. Et c'est là que je me suis rendu compte que je n'avais ni l'adresse ni le numéro de téléphone (parfois, même pas le vrai nom de famille) de tous mes potes du monde de l'édition. Si vous en faites partie et si vous n'êtes pas recherché par Interpol, ce serait sympa de me laisser vos coordonnées dans un commentaire que je ne publierai pas. D'avance, merci pour la richesse de mon répertoire.

13 commentaires:

Miss Sunalee a dit…

Yep, j'aime les spéculoos et la purée dans la choucroute !

ARMALITE a dit…

Hérétique!!!!

Les tests de Gridou a dit…

Semi-hérétique : vivent les speculoos et à-bas la purée dans la choucroute !
Bel exercice :-)

Monsieur Tout-le-Monde a dit…

spéculoos + purée: tu es en minorité

ARMALITE a dit…

ce n'est pas parce qu'on est majoritaires qu'on a raison (y'a qu'à voir les dernières élections présidentielles en France ^^)

Un Homme a dit…

Si je ne m'abuse, dans le Voyage au bout de la nuit, Céline dit quelque chose du style: même s'ils étaient tous contre moi, j'aurais encore raison...

Bon, il parlait de la guerre mais ça peut certainement s'appliquer aussi au spéculoos et à la purée ;)

Miss Sunalee a dit…

On reste amies quand même ?

ARMALITE a dit…

Un Homme: parfaitement!!!
Miss Sunalee: évidemment :-) par contre ne m'invite jamais à manger de choucroute sinon on risque l'incident diplomatique ^^

Malena a dit…

Bah moi j'adore les Speculoos même si je suis pas belge, et alors la pâte de Speculoos *miam* ... Parcontre le purée dans la choucroute ça ne me parle pas du tout !

diane cairn a dit…

Pas de purée dans ma choucroute, déjà que je picore le chou... et le spéculoos, bof... de toute façon je préfère le cassoulet de Castelnaudary avec à la rigueur des pommes de terre à la sarladaise pour éponger et un Pétrus pour faire passer

Sylvie a dit…

L'homme de ma vie étant Liégeois, j'ai découvert la tradition de "la choucroute du 1er janvier avec une pièce sous son assiette pour s'assurer la bonne fortune toute l'année". A dire vrai, même après les fêtes, ça passe bien. Accompagné de purée, évidemment. Et suivi d'une bonne glace... aux speculoos !
Nobody is perfect !!!

FraiseDesBois a dit…

Les spéculos passe encore, mais de la purée dans choucroute Oo, c'est un peut comme de la crème fraiche dans la tartiflette...

Sparke a dit…

Tant que les Speculoos ne sont pas dans la purée (ni dans la choucroute)...

Ceci dit une vraie choucroute se mange toujours avec de la polenta, tout le monde le sait !