samedi 6 février 2010

La révolte des croquettes

Même si certaines personnes aiment tous les animaux sans distinction, force est de constater que la plupart des propriétaires de boules de poils se répartissent en deux catégories: les gens à chiens et les gens à chats. Les premiers partagent leur existence avec une créature docile et éperdue d'amour, qui obéit aux ordres et les regarde comme s'ils étaient le soleil de leur existence. Les seconds acceptent de cohabiter avec un dictateur aux pattes de velours qui ne fait que ce que bon lui semble, quand bon lui semble, où bon lui semble. Non seulement un chat ne se dresse pas, mais le plus souvent, c'est lui qui finit par dresser l'humain qui l'a ramené chez lui sans se méfier (pauvre naïf).

Ainsi mes deux vieilles minettes ont, jusqu'à un âge assez avancé, été nourries exclusivement de croquettes vétérinaires certes moins appétissantes qu'un repas au Train Bleu, mais parfaitement adaptées à leurs besoins nutritionnels et hygiéniques. Et puis un jour, pour une raison que je connaîtrai sans doute jamais, elles en ont eu marre. Copernique a fait la grève de la faim, passant de 3,8 à 2,4 kilos. Lorsque je l'ai récupérée squelettique à mon retour de vacances, j'ai paniqué et acheté des montagnes de boulettes au thon pour la persuader de se nourrir. Ma tactique a fonctionné, mais Scarlett, frustrée de ne pas partager les agapes de sa cousine, s'est mise à manifester son mécontentement par de jolies petites crottes déposées juste devant son bac - histoire de bien signifier que non, elle ne devenait pas gâteuse et n'avait pas oublié le chemin des toilettes. Nous avons supporté ses lamentations bruyantes et odoriférantes pendant quelques mois avant de craquer. Désormais, nos deux minettes mangent des boulettes au thon spécial "vieux chat qui fait de l'urée". Leur bouffe coûte plus cher que la nôtre, mais le plancher du salon est zone déminée... du moins, jusqu'à ce qu'elles inventent une nouvelle exigence.

Il m'aura fallu presque quinze ans de vie commune pour comprendre que c'est moi qui habite chez mes chats et pas l'inverse.

4 commentaires:

iibelle a dit…

Terry Pratchett a écrit Sacrés chats ! qui est très instructif !

ARMALITE a dit…

Je pense que je l'ai lu en anglais, mais je ne me souviens plus du titre.

Anonyme a dit…

Ben t'en as mis du temps à piger, disent les chats!

Moi j'ai su tout de suite, question qui habite chez qui, qui a adopté qui, etc, et surtout QUI CASQUE ! Sont pas fous, les chats...

Je crois que c'est la différence fondamentale entre les humains à chats et à chiens. Les premiers ont baissé les bras et savent qui est le maître. Les deuxièmes se bercent encore de douces illusions, bien que souvent, ils ne sont pas non plus les "maîtres" chez eux.

Enfin, ce qui compte, c'est qu'on les aime et qu'ils nous aiment!

C'était la parole de sagesse du jour de ZORRO!

Daelf a dit…

The Unadulterated Cat. J'ai beaucoup aimé aussi ^^

(par contre il paraît que la VF est bourrée de fautes et coquilles...)