jeudi 4 février 2010

Où je rate mon jet de sauvegarde*

Le mercredi, sauf charrette extrême, je ne traduis pas. Soit je suis dans le TGV pour aller à ou rentrer de Monpatelin, soit je me balade dans le centre de Bruxelles. Bon OK: je fais du shopping. Comme il ne vous aura pas échappé que ce début 2010 est pour moi une période d'intenses restrictions budgétaires, j'ai dû trouver un autre moyen d'occuper ma journée d'hier, de préférence sans mettre le nez dehors pour éviter toute tentation. J'ai saisi ma Master To-Do List et considéré les tâches n°1 à 8 en soupirant:


Bon. De toute façon, il allait bien falloir le faire un jour ou l'autre: autant m'en débarrasser le plus tôt possible, me suis-je dit en bâillonnant ma procrastrinatrice intérieure.

C'est ainsi que, de 15h à 21h, je me suis débattue avec toute sorte de problèmes aussi rigolos que: "Mais où est passé ma déclaration de TVA du 2ème trimestre?", "Comment se fait-il que je n'aie pas de facture pour ma nuit d'hôtel à Paris début juillet?", "Pourquoi l'AGESSA ne m'a-t-elle jamais envoyé d'attestation de versement de cotisations pour le mois d'août?" ou encore "A quoi diantre correspond ce débit d'Amazon.com pour un montant de $40.31?". En quinze ans d'activité indépendante, c'était la première fois qu'il régnait un tel désordre dans ma paperasse. J'ai beaucoup transpiré, mais au final, j'ai réussi à élucider tous les mystères, sauf un: "Pourquoi n'y a-t-il aucune trace nulle part du paiement de la dernière facture de 147,70€ envoyée à l'éditeur de Maudite Série en mai dernier?".

Ma préparation terminée, avant de commencer à recopier les mois de juin et juillet dans mon Grand Livre, j'ai donc envoyé deux mails: un à mon banquier et un à la responsable administrative de Maudite Série. Ce matin, leurs réponses m'attendaient dans ma boîte. D'une part: "Je vous confirme l'absence de versement du montant indiqué pour la période juin-décembre 2009", et d'autre part: "Je ne comprends pas, j'ai transmis cette facture à la compta il y a des mois".

En gros, il y a de fortes chances pour que je récupère sans tarder un petit bonus inattendu. Mon réflexe premier aurait dû être: "Ah ah, à moi les Chie Mihara Kashba soldées à -30% que Spartoo a encore dans ma pointure et devant lesquelles je bave depuis deux semaines!". J'ai attendu que résonne la petite voix dans ma tête et... au lieu d'une exclamation triomphante, je n'ai entendu qu'un chuchotement hésitant: "Tu ferais mieux de les mettre de côté pour plus tard".

Gni?

Deviendrais-je... (gasp) ....raisonnable? La pénurie tuerait-elle l'envie à la longue? Aurais-je sans m'en rendre compte déjà fait quelques pas sur la voie du détachement matériel? Dominique Loreau serait-elle une sorcière capable d'influencer ses lecteurs à distance?

Mes amis, je vous le dis, je suis inquiète pour ma santé mentale.

*Pas d'affolement si vous ne comprenez rien à ce titre: vous n'avez tout simplement jamais joué à Call of Cthulhu.

Aucun commentaire: