lundi 26 avril 2010

Back from Tokyo

Après un voyage sans encombres (le contraste entre le bordel de Roissy et la paisible efficacité de Narita est assez hallucinant...), mais qui a quand même duré plus de vingt heures porte-à-porte, nous voici rentrés à Bruxelles. Nous nous sommes écroulés dans notre lit vers 22h30 hier soir, et nous étions debout à 6h30 ce matin. Comme quoi, j'aurais une vie beaucoup mieux réglée si je revenais d'Asie plus souvent. Aujourd'hui, nous avons un million de choses à faire avant de reprendre le boulot: aller chercher les chats chez Tata Sophie, remplir le frigo, vider les valises et faite une lessive, traiter le courrier-papier en attente, rapatrier les photo sur nos ordis respectifs et commencer à les trier, faire nos comptes (aïe)...

Chouchou avait le blues hier me semble-t-il, mais pas moi. Je suis toujours contente de partir en voyage, et presque plus contente encore de rentrer. Retrouver mon chez-moi, pouvoir de nouveau larver le matin, manger autre chose que de la nourriture de resto ou de traiteur... Dans l'avion, j'ai failli pleurer de joie à la vue d'une carotte bouillie et d'une feuille de salade anémiée - et Dieubouddhallah sait que je n'éprouve pas un amour immodéré pour les légumes à la base. Hier soir et ce matin, je me suis blottie contre Chouchou en savourant l'absence de trou dans le matelas entre nous deux. Je me réjouis d'avance de laver, tout à l'heure, mon linge en machine plutôt qu'à la main dans un lavabo. Et de porter de nouveau d'autres chaussures que des Converse fatiguées.

C'était vraiment de chouettes vacances. Libérés des obligations touristiques de base par notre précédent séjour à Tokyo, nous avons pu oublier les "must-see" et ne faire que ce dont nous avions réellement envie. L'expo Roppongi Crossing 2010 au Musée Mori; la deuxième visite au Musée Ghibli et le déjeuner avec Hélie; la virée en trolley le long de la côte, entre Fujisawa et Kamakura; le pèlerinage au Mont Fuji; le dîner au Pays des Merveilles resteront autant de grands moments. L'effervescence provoquée au ryokan par l'annulation des vols vers l'Europe a délié les langues et facilité les conversations; nous avons rencontré beaucoup de gens intéressants et discuté longuement avec eux dans la salle commune - et ça aussi, c'était vraiment bien.

Dessiner, en revanche, n'a pas été facile. Au Japon, il n'existe pas de cafés à la terrasse desquels on peut traîner pendant des heures; dans les restaurants, le personnel s'attend à ce qu'on déguerpisse sitôt la dernière bouchée avalée, et s'asseoir par terre dans la rue est hors de question. Je n'avais peut-être pas choisi le format de carnet le plus approprié à la situation, non plus: mon Moleskine trop encombrant était difficile à sortir impromptu dans le métro, par exemple. Alors que j'aurais eu envie de croquer des dizaines de Japonaises au look intéressant. Mon travel log est donc, une fois de plus, essentiellement composé de texte et de collages avec quelques dessins par-ci par-là... et je dois encore le finaliser dans les jours à venir. Quant à Chouchou, il a récolté quelques idées de bédés sympas qu'il vous fera partager dans les semaines à venir. Stay tuned!

4 commentaires:

Sylvie a dit…

Welcome home !

Miss Sunalee a dit…

Welcome back !
Et maintenant, on attend ton récit détaillé avec impatience !

AnnaD'ukraine a dit…

Bon retour en Belgique!!
Et merci pour tous ces posts! C'était chouette de pouvoir partager un peu de votre voyage.
Ca m'a donné envie aussi!
Bonne lessive et bon début de semaine.

Emilie a dit…

Bon retour parmi nous, je crois qu'on est plusieurs à attendre la suite de ton récit ;-)