mardi 20 avril 2010

It's a small world after all

Au fil des séjours, j'ai fait des tas de rencontres intéressantes autour de la table dans la salle commune du Kimi Ryokan - notamment un photographe animalier connu, spécialisé dans les chats. Mais je crois que cette année, j'ai battu un record de coïncidences.

Un premier couple s'attarde souvent le matin après le petit-déjeuner et le soir après le dîner pour surfer sur un Vaio. A priori, ils sont assez mal assortis: lui, Afro-Américain d'une bonne cinquantaine d'années, très calme et très posé; elle, Zébulon autrichien à la longue chevelure blonde et au drôle de nez épaté, sans doute guère plus de 30 ans. En les écoutant discuter en anglais, nous avons découvert qu'il pratiquait le iaido et qu'elle était... prof d'aïkido. Je lui ai demandé si elle était venue à Tokyo pour étudier à l'aïkikaï, et de là, nous nous sommes mis à parler de Tamura-senseï, le prof de l'Homme qu'elle connaît bien puisqu'il donne de nombreux stages en Autriche et dans le reste de l'Europe. Elle participe d'ailleurs chaque été à celui de la Colle sur Loup qui me laissait célibataire tous les ans dix jours au mois d'août. Si ça se trouve, je l'ai déjà croisée dans un stage ou l'autre il y a des années.

Un second couple, de Français cette fois, a raté son avion de retour dimanche et prend son mal en patience en attendant de pouvoir être rapatrié. Lui utilise son iPhone pour travailler à distance. Elle réalise un carnet de voyage. En apprenant que j'en fais un aussi, elle a demandé à le voir, et nous nous sommes mises à discuter d'illustration. Elle m'a parlé de Kitty Crowther, sa prof que je ne connaissais pas et dont le travail semble intéressant - sans compter qu'elle enseigne à Bruxelles. Je lui ai parlé d'Antonia Neyrins, et elle s'est exclamée: "Ah oui, je la connais bien Antonia!" mais sans me préciser comment. Plus tard, quand je lui ai demandé si elle avait de la colle adaptée pour le métal (j'avais acheté une pièce souvenir à l'effigie du trolley qui relie Fujisawa et Kamakura, et je voulais l'inclure dans mon journal), elle m'a répondu: "Ah non, je ne fais pas ça, moi. Je ne travaille pas du tout comme Antonia." Mission de ce soir: tenter d'en apprendre davantage pour satisfaire ma curiosité...

3 commentaires:

Emilie a dit…

J'espère qu'on aura l'occasion d'apercevoir ce carnet de voyage :-))))

antonia a dit…

ça alors, aller jusqu'au Japon pour entendre parler de moi... Tu titilles ma curiosité.
As tu réussi ta mission ? Ne me fais pas languir, raconte !
Bisous.

ARMALITE a dit…

Antonia: Je t'ai envoyé un mail :-)