dimanche 25 juillet 2010

"Inception"

C'est le film dont tout le monde parle en ce moment, et celui que Chouchou me gonfle pour aller voir tente, avec la subtilité qui le caractérise, de me convaincre d'aller voir depuis des mois. A force d'entendre mes contacts Facebook se répandre en louanges sur l'intelligence du scénario, je me suis dit que ça pourrait peut-être me plaire. D'autant que le sujet me rappelait un livre que j'ai traduit autrefois et que j'avais adoré, même s'il est passé totalement inaperçu en France*.

L'histoire, donc, pour les gens qui ne la connaîtraient pas déjà: Dom Cobb est un extracteur, capable de pénétrer dans les rêves d'autrui pour y dérober des renseignements - un talent qui lui a coûté la femme de sa vie et valu de devenir un fugitif recherché. En échange de la possibilité de rentrer aux USA pour y rejoindre ses enfants, il accepte la mission inverse de celles qu'il a l'habitude d'exécuter: tenter d'implanter une idée dans le cerveau de l'héritier d'un énorme groupe industriel...

Une chose est certaine: on ne s'ennuie pas pendant "Inception". Le film regorge de fusillades et de poursuites en voiture, au point de parfois ressembler à un James Bond, mais ce n'est absolument pas un film d'action linéaire. Le spectateur qui aime qu'on lui titille l'intelligence en aura pour ses dix euros et passera les trois jours suivants à échafauder des théories sur "la vraie histoire" tandis que mon ex le bourrin moyen ressortira sûrement très satisfait du cinéma, convaincu d'avoir tout pigé.

Cependant, ou bien certaines explications m'ont échappé (ce qui est fort possible étant donné la rapidité avec laquelle s'enchaînent les dialogues et les événements), ou il y a de grosses grosses failles de logique dans le scénario. Par exemple, c'est bien beau qu'un architecte construise un monde dans lequel projeter un dormeur, mais de quel manière ce monde est-il implanté dans le subconscient dudit dormeur? Ou encore: d'où vient la nécessité de synchroniser les "chocs" permettant aux agents de ressortir d'un rêve à plusieurs niveaux? C'est très compliqué à mettre en place, et le risque d'échec est énorme; pourquoi ne pas remonter les différentes couches du rêve graduellement? C'est le genre de questions sans réponse qui me gâchent un peu le plaisir. Quant aux cinq dernières secondes, je les voyais venir gros comme une maison depuis qu'il avait été posé qu'on pouvait prendre un rêve pour la réalité et inversément.

Mais bon, je chipote sans doute. Le fait est que j'ai beaucoup aimé "Inception". Je crois que c'était la première fois que j'appréciais Leonardo DiCaprio depuis "What's eating Gilbert Grape?", qui remonte quand même à un bail. J'étais contente de retrouver Ellen Page, et le reste du casting s'en sortait fort bien également. Et visuellement, le film est très réussi tant au niveau des décors que des effets spéciaux. Malgré mes réserves, j'ai marché jusqu'à la fin, et ça n'arrive pas souvent quand je vais au cinéma.

*D'ailleurs, je n'ai jamais reçu de SP pour ce bouquin-là, qui est aujourd'hui épuisé et introuvable à mon grand désespoir.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Dis Armalite, toi qui ne veut pas que l'on connaisse ton véritable nom, il est donné bien visible sur la page du livre que tu as traduit.

Enfin, bonne continuation, c'est toujours un plaisir de passer par ici!

ARMALITE a dit…

Je sais... Ca m'est égal que les lecteurs de ce blog connaissent mon véritable nom; ce que je ne veux pas, c'est que des gens qui font une recherche Google à partir de mon véritable nom atterrissent ici.

Moi a dit…

Leo était très bien dans Shutter Island aussi :D
Moi aussi j'ai aimé inception. A voir une deuxième fois je pense

ARMALITE a dit…

J'ai pas vu Shutter Island, mais depuis que j'ai eu le malheur de dire que j'avais aimé Leo dans Inception, Chouchou essaie de me le refourguer en DVD...

Moi a dit…

Trust Chouchou !

Theobaldus a dit…

Shutter Island très bon film, un rien oppressant, avec aussi quelques questions à se poser à la fin

Inception, je suis sorti de la salle en me disant que Christopher Nolan était soit un grand malade, soit un pur génie (vu qu'il est également le scénariste). Pour ma part, je crois que les chocs doivent être simultanés, parce qu'ils ne peuvent pas rester dans les couches supérieures de rêves non plus. Puis, il y a l'histoire du timing, si quelqu'un a réussi à se souvenir de l'explication, je la veux bien parce que 5 min = 1 heure, ok... mais après...
Mais, je suis d'accord c'est un excellent film, bien mené avec son lot de questions qui te restent en tête encore le lendemain et à voir une seconde fois certainement !

JC a dit…

Shutter Island est un film extraordinaire ! Massacré par des critiques qui ont certainement dû regarder cinq minutes avant d'aller déjeuner... ou de s'endormir pour digérer.
Mystic River
Gone baby gone
Shutter Island
A voir absolument, chère Armalite!

ARMALITE a dit…

J'ai vu Mystic River, c'était trop déprimant pour moi...