mercredi 14 juillet 2010

Not much to talk about

La chaleur me ramollit les neurones et me vide de mon énergie. Hier matin, Chouchou et moi nous sommes mis en quête d'un ventilateur pour rendre mes journées plus supportables. Bien entendu, tout le monde avait eu la même idée avec un temps d'avance. Au Carrefour d'Auderghem, il ne restait pas un seul ventilateur, et au Krëfël voisin non plus. Nous avons dû nous traîner à City 2 avec la nouvelle voiture de fonction de Chouchou* pour finalement en dénicher un chez VandenBorre. Ce matin au saut du lit, Chouchou encore en tenue d'Adam s'est attelé au montage de l'engin. J'ai pris une très jolie photo de lui tounu avec les pales en guise de feuilles de vigne. Il a catégoriquement refusé de l'utiliser comme nouvelle photo de profil Facebook. Pfff, même pas drôle.

A part ça, Soeur Cadette a refusé un poste de DAF sur Washington et New York qui aurait probablement signifié une expatriation définitive pour elle et sa petite famille. Elle a décidé de rentrer à Toulouse comme prévu à l'issue de son contrat de 2 ans sur Dallas. Je me demande ce que j'aurais fait à sa place. D'un côté, un poste intéressant dans un endroit génial, avec sans doute un salaire à la hauteur. De l'autre, renoncer plus ou moins à tout ce qu'elle avait construit en France: sa maison, son réseau social... Apparemment, le choix n'a pas été facile, mais son issue doit avoir beaucoup soulagé mes parents qui redoutaient d'être plus ou moins privés d'Attila et de Cahouète (ou devrais-je l'appeler Peanut maintenant?).

Je n'ai toujours rien acheté à l'occasion des soldes, sinon quelques boxers en microfibres Etam dont je fais une grosse consommation. Par contre, j'ai reçu les sandales Camper commandées chez Sarenza à - 30% en pré-soldes, et je les adore! Elles me vont bien, sont confortables et jolies comme tout. Je ne me lasse pas de les admirer. Dès que je trouve un "fond" digne d'elles, je les mitraille sous tous les angles.

J'ai pas mal peiné pour venir à bout de "The Hour I First Believed"**, le dernier roman de Wally Lamb dont "She's come undone" m'avait beaucoup impressionnée il y a... euh, pas mal d'années. L'histoire est celle de Caelum Quirk, un professeur de littérature dont le 3ème mariage part à la dérive. Après avoir échappé de justesse au massacre de Columbine, son épouse Maureen ne parvient pas à surmonter son stress post-traumatique. Elle profite de son métier d'infirmière pour se droguer en douce et finit par tuer un adolescent avec sa voiture. Alors qu'elle purge sa peine dans la prison pour femmes jadis créée par une des ancêtres de Caelum, celui-ci se plonge dans l'histoire de sa famille et découvre des secrets qui vont chambouler son existence. C'est intéressant, bien écrit, très bien documenté et... affreusement déprimant. Pas du tout le genre de lecture dont j'ai besoin en ce moment. Pour lui succéder, je vais tâcher de choisir quelque chose de plus light dans ma PAL.

* C'est là que je me rends compte que j'ai oublié de vous raconter la frustrantissime saga du croiseur impérial...
** En français: "Le chagrin et la grâce"

Aucun commentaire: