dimanche 14 novembre 2010

Les 7 travaux d'Armalite - Jour 2: Préparation du Grand Assaut Administratif

Au programme du jour:
- profiter du marché dominical de Monpatelin pour remplir le frigo,
- traduire 15 pages,
- lister toutes les démarches administratives à faire en vue de mon installation officielle à Bruxelles, avec n° de téléphone, adresse postale ou adresse internet des organismes à contacter et questions précises à poser, afin de pouvoir lancer l'offensive demain dès mon réveil.

Pour la petite histoire... J'avais déjà une carte européenne d'assurance maladie, mais comme ce document n'est valable qu'un an, la mienne était périmée depuis octobre 2008. Le mois dernier, j'ai voulu faire une demande de renouvellement sur le site internet de la CPAM. Là, on m'a demandé d'ouvrir un compte et de valider mon inscription à l'aide d'un code qui serait envoyé par courrier à mon adresse française. En arrivant hier, j'ai trouvé non pas une mais deux lettres de la CPAM contenant chacune un code différent "valable 15 jours seulement". Ah. Le premier n'a jamais fonctionné. Le second, après quelques essais infructueux pour cause d'opérations de maintenance du site, m'a amenée sur une page où j'ai dû choisir un code personnel de 8 à 13 chiffres. J'ai tapé une série de chiffres et été immédiatement réprimandée au motif que les chiffres étaient interdits dans le code personnel. WTF? Je me suis dit qu'il y avait peut-être eu confusion entre "chiffres" et "caractères", et j'ai essayé avec une suite de lettres. Nouveau message d'erreur. Bref, une demi-heure pour valider mon inscription et avoir le droit de réclamer enfin ma carte... qui me sera envoyée par courrier sous 15 jours. Argh. J'espère obtenir des réponses plus rapides de la part des autres administrations, mais je sens bien que ça n'est pas gagné.

1 commentaire:

Cécile de Brest a dit…

Je te comprends tout à fait.
A cause (ou grâce, tout dépend de quel point de vue on se place) du boulot de mon mari, on déménage tous les 2 ans.
En général, j'ai une carte vitale au bout de la première année.
Là, ça dure depuis la mi-août, ils ne me connaissent toujours pas à la Sécu, donc ne me remboursent pas.
La semaine dernière,je me suis énervée au téléphone avec un monsieur de cette administration qui a été à la limite de l'impolitesse. Et qui m'a dit que si je n'étais pas contente, je n'avais qu'à faire un courrier.
Ben voilà, ça me défoulera !