vendredi 10 décembre 2010

Le livre qui n'en finissait plus de se refermer

Pendant longtemps après ma séparation d'avec l'Homme, j'ai eu l'impression de me mouvoir dans une sorte de monde parallèle, d'avoir été expulsée de la vie qui aurait dû rester la mienne et de suivre désormais une fausse trajectoire. Je savais que j'étais malheureuse avec lui et qu'on n'aurait même jamais dû se mettre ensemble à la base; j'avais conscience d'avoir trouvé une relation bien plus intéressante et plus épanouissante avec Chouchou. Pourtant cette impression a persisté longtemps.

Les deux premières années, il ne s'est pas passé une journée sans que je pense à l'Homme. Je rêvais régulièrement de lui et me réveillais toujours avec le coeur serré de tristesse. Petit à petit et beaucoup trop lentement à mon goût, tout cela s'est estompé. Ce matin, j'ai reçu de lui un mail dans lequel il me prévenait qu'un courrier de mon assurance maison était arrivé chez lui et me demandait de faire le changement d'adresse. Et je n'ai rien ressenti du tout à la vue de son nom. Même plus de rancoeur ou d'énervement.

Tourner définitivement la page ne m'aura pris que 4 ans, 7 mois et 6 jours.

1 commentaire:

Les tests de Gridou a dit…

Je suis TELLEMENT contente pour toi ! Cette histoire avec l'Homme, tu l'as partagée en partie par ici, ce sentiment d'impuissance face à ce désarroi me laissait parfois un goût amer...

Nb : j'en suis à 224 jours après 9 ans de peine (il a mis un point d'honneur à dire que ça n'avait pas fait 10 ans, super important !), pas toujours facile mais ton expérience me fait comprendre qu'il faut que je cesse d'être trop exigeante avec moi-même...

Allez, fêtons ça avec des frites, quand ? =)