mercredi 1 juin 2011

The end is nigh


Depuis deux ou trois jours, je vois circuler sur ma page Facebook ce petit article (que j'ai moi-même relayé):

Le chef indien Raoni pleure en apprenant la décision du gouvernement brésilien. Celui-ci vient, en effet, de donner le feu vert pour la construction du barrage de Belo Monte.

Les milliers de lettres ainsi que plus de 600 000 signatures ont tout simplement été ignorées.

Madame Dilma Roussef a signé l’arrêté de mort des peuples Xingus.

Le barrage de Belo Monte sera plus vaste que le canal du Panama et inondera au moins 400 000 hectares de forêt. De ce fait 40 000 indigènes et autres populations locales seront délocalisés et l’habitat de nombreuses espèces animales et végétales sera détruit

Tout ceci pour faire de l’énergie ?

Au prix de l’humain et de la terre ?

- Ana Herrmann Vieira

J'espérais, naïvement sans doute, que l'humanité aurait compris la leçon enseignée par BP l'an dernier et Fukushima récemment: que la course folle à l'énergie signerait, à terme, l'arrêt de mort de notre espèce. Mais non. Tant que des sociétés privées gèreront des ressources qui devraient appartenir à tous, tant que des actionnaires se soucieront davantage de gagner de l'argent que de préserver l'environnement, tant que des politiciens seront plus préoccupés par leur réélection que par l'avenir des générations futures, tant que tous ceux qui nous dirigent rechercheront le profit par-dessus la pérennité, nous continuerons à foncer droit dans le mur.

La fin est proche, oui. Elle arrivera juste un peu plus vite pour certains. Et pas forcément ceux qui mériteraient de crever les premiers.

3 commentaires:

Les tests de Gridou a dit…

La terre ne nous appartient pas, elle nous est prêtée par nos enfants... Proverbe indien
Monde de cons !

Miss Sunalee a dit…

A priori, ce genre de billet ne me touche pas trop, mais là, je suis occupée à réaliser un gros travail sur les musiques du Brésil (Europalia Brésil commence en octobre) et j'ai écouté les disques des Indiens du Xingu... je ne trouve pas normal que pour des raisons économiques on détruise tout un environnement naturel.
Le même problème se pose sur le Mékong, les Chinois construisant plein de barrages sans considération aucune pour les trois pays en aval...

Malena a dit…

J'ai vécu 3 ans au Brésil, petite fille. J'ai joué avec des enfants d'une tribu en Amazonie, je sais pas si c'était les indiens du Xingu, mais aucune importance. Quel gâchis :/