samedi 11 juin 2011

Un long week-end qui commence bien



Hier soir, je pars de la maison pour rejoindre Chouchou chez la thérapeute conjugale. Juste après La Chasse, mon bus se retrouve coincé dans un embouteillage et parcourt environ 20 mètres en autant de minutes. Plusieurs passagers demandent à descendre; malgré l'absence évidente de danger, le chauffeur refuse d'ouvrir les portes. Des parents qui doivent aller récupérer leurs enfants à la sortie de l'école commencent à l'insulter. Il se décide à appeler son central, qui lui ordonne de nous laisser descendre. Me voici donc libre, mais dans un quartier que je ne connais pas, sous une pluie battante et avec un parapluie qui refuse de s'ouvrir.

Je cours droit devant moi et finis par atteindre Arsenal où je suis censée prendre le tram n°7. Il y en a justement un à l'arrêt de l'autre côté du carrefour. Je me jette entre les voitures pour le rejoindre avant son départ et tape à la porte vitrée. Le conducteur fronce les sourcils et me fait un geste. J'insiste d'un air suppliant. Il répète son geste et en baissant les yeux, je finis par voir qu'il y a un bouton d'ouverture à l'extérieur. J'appuie dessus, monte et adresse un sourire d'excuse au conducteur: "Je ne suis pas d'ici. " "Et alors? Moi non plus, je suis pas d'ici, je suis d'Ostende", réplique-t-il sur un ton agressif. "Ca va, pas la peine d'être désagréable, je vous explique juste pourquoi je ne connaissais pas le système d'ouverture des portes." Et là, il marmonne entre ses dents: "Connasse de Française". Génial.

Chouchou qui arrive du boulot débarque encore plus en retard que moi chez la thérapeute. Nous passons pratiquement toute la séance à nous engueuler. Par chance, nous devons dîner juste après à la Caneva avec Eve et son mari, ce qui nous donne la possibilité de nous détendre. Les tortelloni al tartufo sont merveilleux pour le moral. Mais en ressortant, alors que nous venons de traverser la foule dense qui se masse devant l'AB, un type énervé nous emboîte le pas et se met à nous insulter, Eve et moi, comme quoi il pisse sur les Français et se torche avec leur drapeau. Nous ne réagissons pas; il en déduit que nous sommes dures d'oreille et répète les mêmes invectives en boucle, cinq ou six fois. Je suis un peu perplexe: c'est marqué où sur ma tronche que je suis française? J'ai tant d'accent que ça?

Ce matin en me levant, j'appelle le Cook & Book pour réserver le brunch promis à Gianluca depuis février. "Désolé, pour demain, c'est complet depuis trois jours", me répond le serveur. Bien bien bien. Tâchons au moins d'aller chez le vétérinaire acheter de la bouffe pour les mamichats, puis de passer chez Pêle-Mêle nous délester de cet énorme sac de bouquins qui encombre l'entrée depuis des semaines. Oui mais non, car pour ça il nous faudrait une voiture. Or, la nôtre ne se trouve plus à l'endroit où nous l'avons garée. Par contre, il y a des travaux dans la rue (un samedi, sans déconner?), et un joli panneau menaçant d'enlèvement tous les véhicules stationnées là entre 7h et 20h. Panneau que bien sûr, nous n'avons pas vu hier soir en rentrant. Au lieu du véto et de Pêle-Mêle, ce sera donc commissariat, fourrière et une facture de 190€. Gloups. Enfin au moins, ni le flic ni l'employée de Radar ne m'ont dit "Bien fait pour ta face, connasse de Française"...

11 commentaires:

funambuline a dit…

Je ne pensais pas que le xénophobisme anti-français était aussi fort à Bruxelles. Il existe aussi en Suisse, mais de manière beaucoup moins violente !

la princesse a dit…

J'ai voulu amener cheri au Cook and Book, ce midi, et le service a été tellement absent option execrable qu'on a pris nos livres et on est partis...

Je crois pas que j'arriverais à le faire revenir pour un brunch, raté !

ARMALITE a dit…

Fun': mais non, justement, les Bruxellois sont très sympas d'habitude (beaucoup plus que les Parisiens dans l'ensemble). Je n'avais jamais vraiment eu de problème avant, et ça m'a d'autant plus choquée de me faire insulter deux fois dans la même journée...

Myriam, qui n'est plus une elfe fée a dit…

Mon premier entretien d'embauche à Bruxelles on m'a sorti : "Franchement, quand on m'a donné votre dossier, je me suis dit "Merde, une Française!"". Ça m'a choqué! En tous cas dans le millieu de l'horeca, les Français on n'est pas super bien vus. Plus en général j'en ai entendu des vertes et des pas mûres sur les Français mais j'ai jamais été insultée à ce point.

ARMALITE a dit…

C'est quoi l'horeca?

Miss Sunalee a dit…

hôtel - restaurant - café

en Belgique, dès qu'il y a de la pluie, tout le monde est de mauvaise humeur et la circulation encore plus embouteillée... Il m'a fallu une heure trente pour aller de l'Arsenal à la clinique Edith Cavell près de Vanderkindere et retour à la maison, en voiture...
Et puis, il y a des jours comme ça où rien de va...

Anonyme a dit…

Peut-être que le climat politique belge actuel exacerbe les susceptibilités de quelques uns à l'encontre des francophones en général ?
En tant que Bruxelloise, je suis désolée pour vous (et outrée par ces comportements).
J'espère que cela n'a pas gâché votre soirée.
Par hasard, j'étais également à la Caneva ce vendredi... Les tortellini al tarufo étaient délicieux (et la mousse au chocolat qui a suivi l'était tout autant)!
Toutes mes condoléances pour Copernique. Je sais combien cela est difficile de prendre certaines décisions ...

Nathalie

Myriam, qui n'est plus une elfe fée a dit…

Voila; c'est ça. Ce qui correspond plus ou moins à l'hostellerie en France. Par opposition à l’hôtellerie qui est plus classe.

ARMALITE a dit…

Nathalie: oh? nous avons dû nous croiser alors, c'est drôle!

Eve a dit…

Super soirée effectivement même si l'épisode dans la rue m'a laissée perplexe (j'osais à peine mentionner que je venais de France après coup ^^)

Vanette a dit…

Ils me font rire vos commentaires. :)
Il faut savoir que le Belge est très ouvert, très convivial, mais pas partout. Et certainement pas à Bruxelles (ou alors c'est exceptionnel)(sans vouloir vexer les bruxellois, je ne veux pas généraliser). Venez à Liège, les gens, et vous verrez ce que c'est que la convivialité ! Et y'a pas d'Ostendais, ici! :))
Rien à voir non plus avec le climat politique... je pense que le Belge moyen s'en fout royalement. :p