mercredi 10 août 2011

Une si grande offense mérite réparation


Bonjour Madame ARMALITE,

Nous avons rencontré un problème technique dans l’envoi de notre newsletter. Si vous avez reçu une newsletter en anglais, il s’agit d’une erreur et nous vous prions de ne pas en tenir compte. Soyez assurée que nous avons pris des mesures de sécurité pour que cela ne se reproduise plus. Nous sommes sincèrement désolés pour la gêne occasionnée et vous présentons toutes nos excuses.

L’équipe Sarenza


Bonjour Equipe SARENZA,

La gêne occasionnée par l'envoi d'un mail dans une langue barbare à laquelle je ne comprends rien est, en effet, énorme. D'autant que juste avant, je venais de lire un autre mail intitulé "Que le salut éternel soit sur vous", dans lequel une pauvre dame africaine mourante me demandait de l'aider à mettre sa fortune en sécurité. Pour compenser mon traumatisme en attendant que j'aie, grâce à elle, les moyens de m'offrir tout votre stock, un petit geste commercial me semblerait approprié.

Armalite

10 commentaires:

Arielle a dit…

Une fille s'essaie...

L@ure a dit…

mdr ^_^
(le "geste commercial" est magnifique... en espérant qu'ils te répondent ^_^)

funambuline a dit…

Hannnnn les violettes. Mes yeux se sont immédiatement transformés en coeur.

ARMALITE a dit…

Oui, elles sont très belles. Mais honnêtement, la qualité des Annabel Winship ne justifie absolument pas leur prix.

Isa R a dit…

Merci pour ce premier éclat de rire de la journée ! Par contre, je te remercie pas de m'avoir montré d'aussi belles chaussures, hein ! Heureusement que leur prix est totalement dissuasif !

Céline a dit…

Bien vu :)

Lilie a dit…

Très drôle, tiens-nous au courant si tu as une réponse.

Anonyme a dit…

génial : )

nekkonezumi.com a dit…

Arf arf, le mille-pattes ne perd jamais le nord :-)

Le Beauf a dit…

Moi, c'est une femme belge (ça, c'est pour l'anecdote) qui m'a contacté par mail aujourd'hui, pour me proposer son argent, si en échange j'utilise la moitié de son pécule pour financer une église ou une mosquée...

Etrange coïncidence : selon ses dires, il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre à elle aussi !

A défaut de lui communiquer mes coordonnées perso, je lui ai proposé, en échange, de l'aider à abréger ses souffrances...