dimanche 20 novembre 2011

"Breaking Dawn: part 1"


J'ai une théorie à propos de "Breaking Dawn".

La première moitié dégoulinante de saccharine jusqu'à l'écoeurement; l'enfilage de tous les clichés romantiques possibles et imaginables sur le mariage; la musique outrancièrement neuneu qui accompagne chaque moment estampillé "émotion"; la quasi-impasse sur la scène de cul un peu chaude que le monde entier attendait depuis le début de la série; le lit réduit en miettes et miraculeusement réapparu intact le lendemain soir alors que les héros se trouvent sur une île déserte sans aucune possibilité de faire une descente chez Ikea; les partie d'échecs auxquelles ils se livrent pour tromper leur ennui faute de pouvoir baiser comme des castors; les tentatives maladroites de Bella pour aguicher Edward à l'aide de nuisettes affriolantes.

La seconde moitié qui bascule rapidement dans le gore alors que jusqu'ici, on avait évité de nous montrer la moindre goutte de sang; la silhouette décharnée de l'héroïne, bien plus choquante à l'écran que les "Bella dépérissait à vue d'oeil" du bouquin; les réactions gênées des autres personnages quand elle annonce le prénom affligeant qu'elle a choisi pour son bébé si c'est une fille; la conversation mentale ridicule des loups de plus en plus mal animés; la scène de l'accouchement qui a fait pousser des exclamations dégoûtées à toute la salle; les tentatives désespérées d'Edward pour ramener Bella à la vie en la mordant partout-partout-partout, y compris à l'endroit que LKH nommerait "son intimité"; la dernière image méga cliché et méga attendue où l'héroïne rouvre les yeux pour dévoiler deux iris rouge sang.

Tout cela, mes amis, n'est absolument pas à prendre au premier degré. Il s'agit, j'en suis convaincue, d'une tentative du réalisateur Bill Condon pour tourner en ridicule le message de Stephenie Meyer. Une façon subtile de dire: "Voyez combien cette conception de l'amour romantique est stupide et déconnectée de la réalité; voyez combien il est insensé de mettre sa vie en danger plutôt que de se résoudre à avorter". Les fans de la série y verront une adaptation inspirée des bouquins; les esprits critiques capables de décrypter le message ne pourront qu'approuver ce pervertissement malin autant que justifié de l'oeuvre originale. Et Bill Condon gangrènera Twilight de l'intérieur tout en se remplissant les poches.

C'est ma théorie sur "Breaking Dawn", et je m'y tiens.

13 commentaires:

funambuline a dit…

Si seulement.

Mais justement, pour les deux premiers films, j'ai eu des fous rires incontrôlable de tant de grotesque, ils étaient pour moi parfaitement réalisés pour tourner en ridicule cette fable.

Mais là je n'ai pas ri. Du tout.

ARMALITE a dit…

Justement, je crois que la seconde partie n'était pas faite pour faire rire mais bien pour horrifier en montrant les extrémités atroces jusqu'où peut conduire la position anti-avortement, non?

Isa R a dit…

Je respecte ta théorie, et je te remercie pour ces quelques éclats de rire que tu viens de m'arracher malgré moi. (Parce que, dans le fond, il n'y a pas de quoi rire, hein, ce serait plutôt affligeant.) Mais je crois que tu prêtes aux réalisateurs américains plus d'intelligence qu'ils n'en ont. Il n'y a qu'à voir la Momie. J'adore ce film. Je me marre à chaque fois que je le vois. Et pourtant, quand on lui a posé la question, le réalisateur Stephen Sommers a répondu "Quel 2nd degré ?" Lui était convaincu d'avoir réalisé un grand film d'aventure épique. Alors, j'espère que tu me pardonneras mon scepticisme, mais même si j'aimerais beaucoup croire que Bill Condon a choisi de torpiller Twilight, j'ai quelques doutes. Cependant, tout espoir n'est pas perdu. J'ai vu de nombreuses critiques très mauvaises, qui semblent indiquer que beaucoup de gens ont quand même un cerveau et sont quand même capables de voir tout ce qu'il y a de subversif (et de ridicule) là-dedans.

ARMALITE a dit…

Dire "tous les réalisateurs américains sont des bourrins premier degré", ça revient un peu à dire que tous les réalisateurs français font du film d'auteur, non? Même si ce n'est pas une majorité, il y a forcément quelques esprits subversifs et malins parmi eux...

Isa R a dit…

C'est pour ça que j'aimerais beaucoup te croire :) Ta théorie est très séduisante. Je me demande comment il va aborder l'histoire Jacob/Renesmée (ou s'il en a déjà un peu parlé dans ce film-ci ?) Parce que pour moi, ça fait partie des trucs difficiles à avaler.

ARMALITE a dit…

D'ailleurs, même si mes souvenirs de lecture ont plusieurs années, il me semble que le film exprime beaucoup plus clairement l'opposition de tout l'entourage de Bella à sa grossesse (à l'exception de Rosalie). Dans le bouquin, il me semble qu'à part Jacob, les autres sont plutôt dans un état d'acceptation inquiète que franchement contre.

ARMALITE a dit…

Mon commentaire précédent a été écrit avant de voir ta question, Isa. Dans ce film, on voit juste Jacob "imprinter" sur Renesmée.

Isa R a dit…

Quand les fans me parlent de cette partie-là du livre sans sourciller, je ne peux pas m'empêcher de lever les yeux au ciel. Je veux bien croire au destin, mais entre un ado de 17 ans et un bébé ? Isn't just that creepy? (Si je ne reparle pas du reste, c'est que toi et Funambuline l'avez déjà très bien fait.)

ARMALITE a dit…

Oui, et d'ailleurs c'est pour ça, je pense, que dans le film on t'explique qu'imprinter, c'est devenir "l'ami, le frère, le protecteur" de l'autre personne.

Isa R a dit…

Alors,ta théorie devient de plus en plus plausible ^^

funambuline a dit…

@ Armalite : non, je ne crois pas... elle est "vivante" après tout au final. Et tout le monde est heureux, et en bonne santé, mort-vivants comme vivants. Donc son choix de le garder est bel et bien validé. Et cette scène d'accouchement ne me paraît pas si atroce, le joli bébé est vaguement tâché de gelée de groseille et ça dure 3 minutes, franchement c'est léger.

ARMALITE a dit…

Le fait qu'elle soit "vivante" à la fin n'est pas un choix du réalisateur, avec la meilleure volonté subversive du monde, je ne crois pas qu'il aurait pu y changer quoi que ce soit.

Cicely W. Stone a dit…

J'adhère à 100% à cette théorie, c'est très bien pensé!