samedi 18 février 2012

"La colline aux coquelicots"



1963. Umi vit au sommet d'une colline qui surplombe le port de Yokohama. Elle habite dans un ancien hôpital avec sa soeur cadette, son petit frère, sa grand-mère et trois pensionnaires qui leur permettent d'arrondir leurs fins de mois. Son père, capitaine de navire ravitailleur, est mort pendant la guerre de Corée. Tous les matins, Umi continue à hisser les drapeaux censés le ramener chez lui sain et sauf. Le reste du temps, elle est très occupée à tenir la maisonnée et à suivre des cours au lycée local. Quand elle tombe amoureuse de Shun et entreprend de l'aider dans sa croisade pour sauver le foyer étudiant menacé de démolition, elle est loin de se douter qu'un obstacle infranchissable va bientôt se dresser entre eux...

Pour une fois dans un film du studio Ghibli, il n'est pas question d'enjeux écologiques majeurs, de puissances mystiques ou de créatures légendaires. Dans "La colline aux coquelicots", on n'aperçoit pas même le manche d'un balai volant. Il y a juste des décors presque immobiles mais troublants de beauté paisible, des personnages à l'animation rudimentaire et pourtant bien plus touchants que tous les animaux anthropomorphisés du monde. Il y a du talent, de la poésie et de l'émotion, toutes choses qu'aucun monstrueux budget de 3D ne parviendra jamais à acheter. Il y a tout simplement la magie Miyazaki à l'oeuvre, et le monde extérieur qui s'efface le temps d'une séance de cinéma. C'est beau, un point c'est tout.

4 commentaires:

Polly Perkins a dit…

ta critique confirme mon envie d'aller le voir! je me suis fait Arrietty le week-end dernier et comme je le pressentais, c'était un peu ennuyeux... pas toujours bien, ces productions Ghibli!

ElanorLaBelle a dit…

J'ai vu plus de mauvaises critiques que de bonnes à propos de ce film. Je ne m'attarde pas souvent sur les critiques, mais c'est vrai que je commençais à me demander si oui ou non j'irais le voir au ciné. Donc moi aussi, ça me conforte dans l'idée d'aller le voir dans mon cinéma de campagne la semaine prochaine.
@Polly Perkins: moi j'ai aimé Arrietty, c'était touchant, avec de belles couleurs et une superbe BO.

ARMALITE a dit…

J'avais plutôt bien aimé Arrietty aussi: http://leroseetlenoir.blogspot.com/2011/04/arrietty-le-petit-monde-des-chapardeurs.html

nekkonezumi.com a dit…

Devenu rapidement quasiment impossible à voir à Toulouse, grmbl grmbl...