samedi 4 février 2012

Snowy Friday


Vers 16h, la neige s'est mise à tomber sur la Belgique, et tous mes contacts Facebook qui bossaient loin de chez eux ont commencé à s'inquiéter. A 16h30, Chouchou a rapporté qu'un de ses collègues parti du boulot depuis 25 minutes avait à peine parcouru 500 mètres en voiture. A 17h, il y avait déjà près de 700 km de bouchons sur les routes belges.

Renonçant à mon idée d'aller faire les courses pour remplir un frigo toujours vide depuis notre retour à Bruxelles l'avant-veille, j'ai guetté une accalmie dans la tempête afin de sortir au ravitaillement. J'ai enfilé un collant en laine sous mon jean et mes chaussettes, un pull en cachemire sur un débardeur et une parka pas mise depuis plusieurs années par-dessus le tout. J'ai entortillé mon cou dans un snood remonté jusqu'aux oreilles, enfoncé un bonnet en laine sur mes cheveux à peine secs, glissé mes pieds dans des boots de moto à semelle anti-déparante et mes mains dans des gants en cuir molletonnés avant de m'estimer parée à affronter l'extérieur.

A petits pas prudents, j'ai descendu l'avenue jusqu'à la place Jourdan. Les voitures roulaient au pas et les passants étaient rares. Un tapis blanc moelleux, déjà piétiné mais qui n'avait pas encore viré à la gadoue, étouffait tous les bruits tandis que le ciel virait à l'indigo et que l'éclairage public s'allumait. J'étais si bien emmitouflée que je ne grelottais pas; au contraire, la légère morsure du froid et l'odeur piquante de l'air me rendaient infiniment joyeuse. Je n'ai pas vu beaucoup de neige dans ma vie, et pour moi, c'est toujours une aventure.

Mamma Roma était presque désert. Quatre jeunes femmes venues ensemble hésitaient devant le comptoir, et pour une fois, il y avait du choix alors qu'il n'était pas encore 18h. J'ai fait remplir un carton pour mon dîner avec Chouchou et demandé "une toute petite part de pizza au chocolat dans un papier, pour manger tout de suite". Pas facile de marcher en gérant la bandoulière d'un sac qui glisse sur l'épaule droite, en gardant une boîte rectangulaire bien à l'horizontale avec la main gauche et en tenant avec des doigts gantés un truc couvert de sucre glace, qui bave du pseudo-Nutella chaque fois qu'on mord dedans. Heureusement, l'obscurité dissimulait mon visage barbouillé et mon sourire idiot.

Rentrée à la maison, j'ai ôté les trois quarts de mes pelures et rassuré mes contacts Facebook, à qui j'avais demandé d'envoyer les hélicos si je n'étais pas revenue au bout d'une heure. Certains d'entre eux attendaient aussi les leurs bloqués en rase campagne, dans les bouchons qui totalisaient désormais près de 1200 km à travers tout le pays. J'ai eu avec ma copine Pascale et l'écrivain le mieux chaussé de la fantasy française une discussion un peu surréaliste sur mes tibias. Puis Chouchou est arrivé, après avoir mis 2h30 pour faire moins de 30 km, et nous nous sommes écroulés sur le canapé devant un épisode de "Brothers & Sisters". J'ai aimé l'atmosphère feutrée, presque assiégée, de ce vendredi soir.

Mais parce que tout le monde n'a pas la chance d'avoir un endroit où se réfugier au chaud en ce mois de février glacial:

Et en Belgique:


6 commentaires:

Emilie Sunny a dit…

Hé oui...ma rue n'étant pas dégagée, c'est courses à pied et pas bouger du week-end.
Mais bon y a pire ^^

Anonyme a dit…

Les gants en cuir, voilà ce qu'il me manque ! (Gants soit-disant chauds en soie + mitaines par dessus ne suffisaient pas à m'ôter l'idée que j'allais perdre mes doigts avant de finir mes 15 minutes de vélo pour rentrer hier...)

Mélusine

Ness a dit…

Hier, quand je suis rentrée de la bibliothèque, la ville était bloquée. Mon tram a fait 100 m en 30 minutes et a même fait marche arrière pour se poster à son dernier arrêt. ça a bien pris 45 minutes avec des gens qui montaient, descendaient du tram, s'impatientaient tout le long. Moi j'avais de la lecture (pour une fois), emmitouflée avec mes fesses au dessus de la chaufferie dans un tram quasiment vide et pas pressée, c'était juste bien, j'ai même savouré :-)

Ness a dit…

(en plus, quand je suis rentrée, j'ai découvert ma première carte du swap postal :-D)

mmarie a dit…

@Mélusine :
Sur tes gants de soie, enfile des moufles en polaire doublé polaire, là ça devient possible à vélo par ce froid.
Signé mmarie qui a besoin de gants de soie à glisser sous ses moufles ;-)

Kimie (Mots et Emaux) a dit…

Finalement, j'ai eu chaud : en prenant le train à 14h30, je n'ai rien vu de la neige à Bruxelles... et été franchement surprise de la trouver dimanche soir !