lundi 3 septembre 2012

Okini, un bien étrange salon de thé


Lors d'un précédent séjour à Toulouse, comme je me promenais aux alentours de la place Esquirol, j'étais passée devant cette porte dont la couleur autant que la forme m'avaient fortement intriguée:




Ayant lu qu'il s'agissait d'un salon de thé japonais, je me suis dit que j'allais y emmener Chouchou pendant nos vacances. Notre première tentative, lundi dernier, s'est heurtée à une porte close et à la simple mention "FERME" sur un bout de papier. La deuxième, vendredi après-midi, fut la bonne. 

Tout au bout du couloir du rez-de-chaussée, nous avons franchi un noren et descendu un long escalier aux marches de pierre inégales qui s'enfonçait dans les entrailles du bâtiment. Nous avons débouché dans une cave sombre et humide, basse de plafond, à l'entrée de laquelle nous avons dû nous déchausser. Sur la droite, dans la partie légèrement surélevée, se trouvaient plusieurs petites tables noires avec des sièges assortis et un bar dans le fond. En face, des kawaïeries sur une sorte d'autel voisinaient avec une armure de samouraï. Sur la gauche, une grande table basse entourée de coussins pouvait accueillir tout un groupe de clients au milieu d'une profusion de mangas en VO. A part nous, il n'y avait que deux jeunes femmes en train de boire un thé. 






La serveuse nous a apporté la carte, sur laquelle figurent uniquement des thés verts. Un bon point pour l'originalité:




Chouchou a pris un Momigi Momoji et moi un Kokeicha Kukicha. Ils sont arrivés dans deux mignonnes théières en fonte rouge et bleue, d'une contenance de 33 cl. L'établissement proposait aussi quelques glaces et pâtisseries japonaises typiques (amateurs de haricots rouges, comptez-vous), mais il était encore tôt et nous ne mourions pas de faim après notre déjeuner au Solaneko. Et puis nous n'étions pas certains de vouloir nous attarder. L'atmosphère n'était pas précisément déplaisante, mais entre le manque de lumière naturelle et l'humidité (qui doit être encore pire en hiver...), nous ne la trouvions pas spécialement agréable non plus. Okini est certainement l'un des endroits les plus bizarres où j'aie jamais bu un thé. Et pour les amateurs d'ambiances étranges, le midi, on peut y savourer un menu unique à 9,50€ seulement. A essayer au moins une fois, je dirais. 

19, rue des Tourneurs
31000 Toulouse
Ouvert du mardi au samedi, de 12h à 19h

7 commentaires:

Monsieur Tout-le-Monde a dit…

Tu attrapes un accent belge, même sur tes posts.

Nekkonezumi a dit…

Tiens, c'était moins rouge la déco... Oui, à essayer mais pas en hiver, sous peine de sentir les champignons te passer sur le dos ;-) (j'exagère un peu, allez)

Zéphine a dit…

Hahaha, le commentaire de MTLM m'a fait éclater de rire (en bonne Belge que je suis, j'avais aussi repéré le "un fois" de fin de post)

My Little Discoveries a dit…

Bizarre, en effet!

Princesse Audrey a dit…

J'adore Okini. On va y manger des ramens en amoureux (réservation obligatoire) le vendredi, c'est un endroit qu'on aime beaucoup, l'ambiance appartement est irrésistible. Je me demandais si tu connaissais et ce que tu en pensais, je suis contente que tu nous en donne ton avis !

Anonyme a dit…

Hiii, des daifuku ! (Ça s'accorde ? Pas la moindre idée *Étrangement accro aux pâtisseries japonaises incluant de l'azuki*)
L'ambiance est... étrange. Le manque de lumière doit jouer, l'atmosphère ne me semble pas chaleureuse.

Mélusine

MamzelDree a dit…

Cet endroit a vraiment l'air génial !

C'est beau, j'adore le décor.