mardi 17 septembre 2013

Où je brûle ma carte d'électeur


Illustration empruntée ici

La réforme des retraites et les dernières âneries d'Aurélie Filipetti ont été la goutte d'eau qui a mis le feu aux poudres. 

Au terme d'une longue et douloureuse réflexion, hier matin, je me suis rendue à la mairie de Monpatelin pour me faire radier des listes électorales. 

Quand François Hollande a été élu, je ne plaçais pas d'énormes espoirs en lui; je me disais juste que son gouvernement ne pourrait pas faire pire que celui qui l'avait précédé. 

Visiblement, il se donne beaucoup de mal pour me prouver le contraire. 

J'ai toujours entendu dire que le vote était le premier geste citoyen, le meilleur moyen de se prononcer en faveur des valeurs qu'on défend. 

Mais les valeurs que défendent tous les politiciens d'aujourd'hui - y compris ceux qui sont soi-disant de gauche -, les intérêts qu'ils servent, ce ne sont pas les miens ni ceux du peuple en général: ce sont ceux des actionnaires et des banquiers.

Et moi, j'en ai assez de participer à cette mascarade comme si le bulletin que je glisse dans l'urne comptait ne fût-ce qu'un peu. Assez de voter non pas pour un programme qui m'enthousiasme, mais contre un autre qui me fout la trouille, pour me retrouver au final avec un gouvernement qui prend des décisions aussi absurdes qu'injustes, voire carrément ignominieuses. 

Puisque même les chefs d'état de très bonne volonté n'ont plus aucun pouvoir face aux grandes entreprises, puisque c'est la finance plutôt que la politique qui gouverne le monde, désormais, je voterai avec le seul moyen qui reste à ma disposition: mon argent. 

En résistant aux sirènes de la pub qui veulent me faire acheter n'importe quoi, en boycottant les produits Monsanto, en privilégiant des aliments bios et locaux, en me fournissant chez des artisans ou dans de petites boutiques plutôt qu'en grande surface, je servirai ma vision du monde bien plus sûrement qu'en soutenant le pantin rouge ou le pantin bleu que les électeurs auront désigné comme interlocuteur des véritables dirigeants du monde.

Pratiquer la solidarité au quotidien, lutter activement contre les préjugés sexistes ou raciaux, oeuvrer à la protection de l'environnement: tels seront désormais les seuls actes politiques que je poserai. Et même à mon échelle minuscule, je veux croire qu'ils seront plus efficaces qu'un rectangle de papier marqué Truc ou Machin. 

J'ai fini de remettre à d'autres le soin de défendre mes idéaux. A partir de maintenant, je ne compterai pour cela plus que sur moi-même. 


Vous pouvez lire ici un article très intéressant qui liste 100 raisons de ne pas voter (même si je crois comprendre que son auteur parle d'abstentionnisme plutôt que de radiation des listes électorales).

Et je veux bien discuter dans les commentaires, y compris avec les personnes qui ne sont pas d'accord avec moi, pourvu que le débat reste courtois. 

11 commentaires:

Nekkonezumi (Ed) a dit…

Malgré un paquet de déceptions, je me demande si j'arriverais à faire ça... c'est un peu l'histoire des vieux couples qui tiennent "parce que c'est comme ça, tu sais... on s'est beaucoup aimé, hein"
Mais ton argument est bien posé et totalement recevable, donc non, on va pas se battre ;-)

Ann a dit…

Je suis 100 % d'accord avec toi te suis également persuadée que voter 'avec mon argent' est plus efficace mais je continuerai nénamoins à me déplacer dans les urnes ne fut-ce que pour contrer l'extrême-droite...je vote 'contre', plus jamais 'pour'. Si les fachos arrivent au pouvoir (les vrais fachos), voter 'avec mon argent' ne sera même plus possible...

ARMALITE a dit…

Pourtant le principe de notre démocratie, c'est que la majorité a raison. Donc, si la majorité veut élire les fachos au pouvoir, nous sommes censés respecter ça... ce qui fait aussi partie des trucs pour lesquels j'ai décidé de refuser ce système.

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je ne commente pas souvent sur ton blog (ni même sur d'autres) mais je le lis régulièrement. Et pour une fois, je ne suis pas entièrement d'accord avec toi. Sur le constat de la politique française, malheureusement, je te rejoins. Mais personnellement je continue de voter pour plusieurs raisons. 1. Par respect pour des gens que j'ai rencontrés dans des pays encore plus pourris que le nôtre et qui aimeraient pouvoir le faire. 2. Pour pouvoir voter contre les extrémistes si le cas se représente. Enfin se faire radier des listes est très différent de l'abstention puisque tu n'apparais même plus dans le taux de (non)-participation contrairement à ce que prône le post que tu as mis en lien. Personnellement je participe régulièrement au dépouillement des élections et, si les petites mains n'ont pas le droit de lire à haute voix ce que les gens écrivent sur leurs bulletins blancs (et je peux te dire que certains sont très énervés et très créatifs), il y a toujours des membres de partis qui sont là et qui les lisent soigneusement. Enfin, j'ai quand même l'impression qu'en France on vote pour les Présidentielles. Or avant d'arriver "tout en haut", ces gens-là ont démarré à l'échelon local, qui n'intéresse personne (dépouillement en 20 minutes chrono tout compris aux dernières cantonales) alors que les collectivités territoriales ont de plus en plus de pouvoir notamment sur notre quotidien (écoles, collèges, protection de l'enfance, handicap, habitat, personnes âgées, etc.) et qu'on apprendrait sans doute beaucoup sur nos politiques en regardant de près comment ils ont géré leur mairie ou leur département. Et ils pourraient en apprendre beaucoup par les urnes si les électeurs se donnaient la peine de s'exprimer dès le début de leur carrière. Bref, voter blanc ou ne pas voter, je peux comprendre, c'est aussi un moyen d'expression. Mais refuser de participer complètement, j'ai du mal à adhérer à l'idée. Quant à s'exprimer via ses modes de consommation, je ne peux que t'applaudir mais il y a encore du chemin pour changer les mentalités si j'en crois ma récente incursion dans les concessions automobiles (mais c'est encore une autre histoire et j'ai déjà fait beaucoup trop long).
Bretonne en mal de pluie

Isa a dit…

Tes arguments sont tout à fait pertinents, mais j'avoue qu'Ann marque un point également. Mais je pense que tout le monde est d'accord pour dire qu'on en a marre d'être pris entre le marteau et l'enclume. Depuis 15 ans que je vote, je n'ai jamais voté "pour", j'ai toujours voté "contre". A mon homme qui m'opposait hier la vision du verre à moitié plein plutôt qu'à moitié vide, je lui ai dit que si cette métaphore s'appliquait parfaitement à la pensée positive, je trouvais désolant de devoir l'appliquer à la vie politique...

ARMALITE a dit…

Pour ce qui est du respect dû aux gens qui n'ont pas le droit de vote chez eux: je ne pense pas que le fait que d'autres gens soient encore moins bien lotis soit une raison pour se satisfaire d'une situation qui se détériore un peu plus à chaque élection et d'un système qui a clairement prouvé ses limites.

Pour ce qui est du verre à moitié plein: je m'en contenterais si on partait d'un verre vide et que le niveau montait doucement. Le problème, c'est qu'il baisse un peu plus chaque jour.

soleildoctobre a dit…

Bonjour bonjour

Alors moi aussi je suis une lectrice assidue, et ce sera ma première réaction sur ce blog...pour dire que je suis d'accord!
On peut ne pas se rejoindre sur le moyen employé (en effet je préfère apparaître comme abstentionniste que me radier) mais définitivement le jeu électoral est une vaste fumisterie destiné à faire croire que le bien public est respecté (le grand absent des 2 dernières décennies dans les décisions de ces messieurs des ministères). J'encourage à lire l'ouvrage "Le cens caché" de Daniel Gaxie sur le jeu électoral (il n'y a pas de faute d'orthographe à cens!).
Et je crois moi aussi au pouvoir des initiatives individuelles qui pourront faire avancer les choses, même si chaque incursion dans les temples de la consommation me donne des sueurs froide à l'idée que la plupart se laisserait imposer n'importe quel régime tant qu'on ne leur supprime pas la télévision...Du pain et des jeux!
Je crois que depuis longtemps nous n'avons plus le choix sur les finalités de la politique: la croissance et le triple A; on se contente de balancer entre 2 philosophies de moyens (assumée ou hypocrite!)
Face à ce moyen âge politique, il serait temps d'avoir un courant des Lumières qui nous donnent une alternative à l'économie de marché ultra capitaliste.
La réponse à ma brève pourrait être "ben vas y fais le", n'est pas Voltaire, Diderot ou Jean Jaurès qui veut et si je sais vers quelle société j'aimerai qu'on tende (égalité fraternité liberté) je n'en connait pas le moyen (un crash boursier?)

Donc merci d'exprimer tout haut ce que beaucoup pense tout bas!

ker mary a dit…

je suis assez globalement de ton avis pour l'aspect national de la politique.Maintenant le droit de vote c'est aussi pour les municipales. Je vis dans un petit village, ici le maire est souvent apolitique il essaie juste d’oeuvrer pour le bien de sa commune (ou le sien c fonction du maire). Du coup ça me permet d'encourager ou de sanctionner à un niveau où un vote peut changer les choses. Maintenant c'est sur que comme tu ne reside pas à l'année dans ton patelin tu y vois surement moins l'interet.

Anonyme a dit…

Bonjour! Très intéressant mais un peu fort peut-être la radiation... Moi je vis en Italie où la politique est un vrai désastre depuis très longtemps et Berlusca est toujours là malgré sa condamnation alors...S'agit-il d'une vraie démocratie? Je trouve que la France est vraiment bien mieux lotie sur des tas de points par rapport à l'Italie.

ARMALITE a dit…

Encore une fois, ce n'est pas parce qu'il y a pire ailleurs (et c'est indubitablement le cas en Italie, hélas...) qu'il faut accepter ce qu'on ne juge pas acceptable.

Anonyme a dit…

Plus jamais de bulletin de vote PS, en tout cas. Ce parti est la honte de la France. Je garde un œil sur le FDG, malgré de nombreuses réserves. Pour le reste, je me vomis sur les godasses, comme toi et tant de gens.
Bises
JC