lundi 26 mai 2014

Non, le score du FN n'est pas la faute des abstentionnistes




Si je conçois fort bien qu'on soit attristé par le score qu'a fait le FN lors des élections européennes de dimanche, je suis en revanche un peu fâchée qu'on en attribue systématiquement la faute aux abstentionnistes. 

J'ai demandé ma radiation des listes électorales l'an dernier, pour des raisons que j'explique en détail ici. Par la suite, une lectrice ayant tenté la même démarche dans sa commune m'a informée qu'une telle chose n'était a priori pas possible; du coup, j'ignore si j'ai été comptabilisée dans les abstentionnistes ou pas avant-hier. Dans un cas comme dans l'autre, il est certain que ma voix n'a pas servi à faire barrage au FN. Et dans un cas comme dans l'autre, je ne me considère néanmoins pas responsable des résultats. Ils sont la faute, d'une part des gens qui ont voté FN pour une raison quelconque, d'autre part des politiciens qui ont réussi à dégoûter une grande partie de la population française de voter. De mon point de vue, la démocratie telle que nous la pratiquons est une vaste blague, un système en faillite qui devrait être modifié au plus vite. Si je refuse de contribuer à le perpétuer, je refuse tout autant d'endosser un échec qui n'est pas le mien. 

A l'heure actuelle, la seule liberté qu'ont les citoyens français est celle d'élire leurs représentants. Une fois en place, ceux-ci font ce qu'ils veulent pendant la durée de leur mandat, sans plus avoir à se soucier de l'opinion populaire (ou juste vaguement dans la mesure où ils veulent être réélus). Ce n'est donc pas parce qu'on vote pour un président ou des députés de gauche qu'on se retrouve avec une politique de gauche, comme on peut s'en apercevoir depuis deux ans. 

Que faire alors? On pourrait commencer par s'inspirer du système suisse, qui consulte les électeurs chaque fois qu'il y a une décision importante à prendre. Parce qu'on ne me fera pas croire que les véritables fachos sont si nombreux que ça. Les gens qui ont voté FN dimanche sont, pour une grande partie, des déçus des partis "traditionnels" qui ne savent plus par quel autre moyen obtenir un vrai changement. Et bien entendu, je pense qu'ils se fourvoient en votant pour Marine et sa clique. Mais si on leur demandait leur avis plus souvent et qu'on en tenait réellement compte pour gouverner, auraient-ils besoin de recourir à une mesure aussi stupide désespérée? Je ne le crois pas. 

Tous les gens bien intentionnés qui fustigent les abstentionnistes depuis hier soir ont pour objectif n°1 de barrer la route au FN. Moi, mon objectif n°1, c'est d'obtenir la révision du système pour qu'il n'y ait plus besoin de barrer la route au FN. Et je n'apprécie pas beaucoup d'être, à cause de ça, considérée comme une sorte de traîtresse à la cause.


PS: J'ai tenté d'expliquer mon point de vue respectueusement, et j'apprécierais que les gens qui décideront de commenter mon billet fassent de même. Merci d'avance. 

35 commentaires:

le_pinceau_masqué a dit…

salut
je te lis souvent et prends jamais la peine de commenter
mais là je voudrais juste dire
pour ces élections là, il y avait des alternatives trés intéressantes si on prenait le temps de lire un peu et chercher des infos
( en gros quand on achete une bagnole, on ne se contente pas de la pub à la télé on va voir les différents concessionaires, ba quand on vote c est pareil, on doit chercher les infos pour se faire sa propre opinion)

et aux personnes qui répondent , mais de toute façon voter pour un petit parti ne sert à rien, ils ne osnt jamais élu...
et bien imagines lepen y a 60 ans .....


et oui je pense que les gens qui ont voté lepen ont fait un vote d opinion et non de contestation, ( dans ce cas ils avaient qu a voté autre)
y a de sales relents, des gens aux opinions bien décomplexées depuis quelques années ... et en tant de crise le replis sur soi est le premier geste ....

Les Petits Riens a dit…

Alors je ferai pas de long discours... je suis allée voter hier, mais sans grande conviction...
je suis entièrement d'accord avec toi sur le fait que le résultat du FN n'est pas du à l'abstention et je suis entièrement d'accord avec toi sur le fait que les gens ne sachant plus vers qui se tourner, votent FN en se disant "pourquoi pas?"...
je souhaiterai également que les lorsqu'on gouvernement de gauche arrive au pouvoir, il applique une vraie politique de gauche... ça éviterait des résultats comme hier...
Bref je suis d'accord avec toi... ^_^

Ana a dit…

J'avoue qu'en lisant le billet sur les Imaginales, j'ai pensé "Plein de gens sûrement très sympas qui pour la plupart, n'ont pas voté"... C'est un choix que je ne partage pas(et manquerait plus qu'on morde sous prétexte qu'on ne fait pas pareil...), mais que je comprends, parce que je suis loin de trouver des gens représentatifs dans les listes, même multipliées à l'infini. Mais je m'obstine quand même à voter pour ceux que j'estime les "moinsss pires", parce que les lois européennes, on va tous les subir...

Pour la TVA sur les droits d'auteur, le fait qu'elle augmente ne change pas les revenus des auteurs. Ce n'est qu'un passage d'un porte-monnaie à l'autre qui fait de la trésorerie à l'État, mais ne coûte ni au traducteur, ni à l'éditeur. Le prix du livre à l'arrivée n'a pas à être augmenté non plus (enfin, si, il est passé de 5,5 à 7%, mais au moins, il n'est pas resté à 10% comme prévu par l'ancien gouvernement).

ARMALITE a dit…

Ben pour le coup des élections européennes, je ne parlais pas de mes intérêts personnels et général ou de la TVA en particulier (même si, d'ici deux ans, on va nous prélever 8% de nos revenus bruts au titre d'une cotisation vieillesse supplémentaire dont on ne verra jamais les bénéfices, ce qui va précipiter dans la pauvreté beaucoup d'auteurs qui avaient déjà du mal à joindre les deux bouts).

Et les lois, européennes ou pas, on les subit de toute façon sans les décider avec le système actuel.

Ana a dit…

Oui, les 8%, ça va faire mal...

Consulter les électeurs plus souvent, oui, mais avec vote obligatoire ou pas ? Soit on contraint les citoyens à prévoir leurs week-ends en fonction des nombreux scrutins, soit on risque des taux d'abstention phénoménaux, qui ne rendront pas les décisions beaucoup plus concertées. Cela dit, je suis d'accord pour être consultée plus souvent, et pas seulement pour choisir des personnes qui vont décider à ma place.

ElanorLaBelle a dit…

Je suis d'accord avec Laure, si les politiques de gauche avaient une politique de gauche... Aujourd'hui, parler de gauche et de droite veut dire de moins en moins quelque chose de toute façon. Effectivement, tout est affaire de gros sous. Les gens, on s'en tape.

Il y a tellement de choses qui m'énervent. Comme par exemple les indemnités exorbitantes que touchent les politiques (ministres, députés et compagnie) : comment peut-on avoir un discours cohérent et des actions qui bénéficient au peuple lorsqu'on ne vit pas au même niveau ?

Mnémos a dit…

J'ai voté, pour ma part, hier, pour ceux dont je suis le plus proche à défaut d'une adhésion à 100%.

Pour autant, je suis d'accord avec toi sur le vote frontiste : on décomplexe trop les électeurs du FN et le faux vote de "protestation", de soit-disant "révolte" qu'il porterait. Ces gens votent pour un parti xénophobe, c'est tout.
Donc la faute à ceux qui sont assez aigris ou assez bêtes pour voter FN.

Quant au regret d'un parti de gauche avec une politique de gauche, je ne suis que trop d'accord. Mais le PS n'est plus la gauche depuis longtemps, pour moi...

la ministresse a dit…

n'oublions pas non plus la responsabilité des media qui présentent depuis quelques ann... mois comme la seule alternative possible à tous ces gouvernements qui nous marchent dessus les uns après les autres. l'abruti de collègue qui a passé sa journée à chouiner alors qu'il n'a pas bougé ses fesses "parce que ça ne sert à rien", j'avais un peu envie de lui coller des baffes, lui dont les sources d'infos s'appellent JDD, BFM TV, Le Parisien ou Enquête exclusive.
pourtant, pour moi qui n'ai jamais loupé aucun scrutin, l'abstention reste parfaitement compréhensible quand elle est réellement motivée (la TVA est un bon exemple de motivation), mais elle l'est d'autant plus quand on milite activement sous d'autres formes (et il y a plein de façon pour ça) que le simple vote.

Morgan a dit…

On est en démocratie et le principe de la démocratie, c'est qu'on ait le choix. Le choix de voter pour n'importe quel parti, y compris FN (même si ça me désole, la question n'est pas là). Le choix aussi de ne pas voter.
Ce n'est pas au électeurs qu'il faut s'en prendre s'ils votent FN ou s'ils préfèrent rester devant la TV le jour du scrutin. C'est aux politiques, aux élus, de se remettre en question et de faire leur job pour donner envie.
Pour ma part, j'ai voté pour un petit parti, avec l'espoir (naïf, sans doute), qu'un jour cela puisse faire bouger les choses. Mais je ne m'étonne pas du vote FN. Je m'en désole parce que c'est tout sauf un vote d'espoir, au contraire. C'est un vote de gens qui de toute façon n'y croient plus, qu'on n'écoute jamais, qui n'attendent plus rien de personne.
C'est d'autant plus moche qu'au lieu de redonner de l'espoir à ces gens-là, on préfère taper sur les uns ou les autres pour trouver des responsables sans aucune vision globale, aucun réel projet qui nous fasse sortir de ce marasme actuel. Ce n'est pas en luttant contre le parti de la peur par la peur qu'on changera quelque chose...
(Et les 8% je connais aussi et il me semble que ça vient de l'Europe, non :))

Anonyme a dit…

Bonjour Armalite,

Je comprends tout à fait ton sentiment d'impuissance qui est largement partagé et qui explique en effet cette désaffection des urnes. Je le ressens d'ailleurs profondément en ce moment pour les raisons que tu as évoquées (bien que je ne me faisais pas vraiment d'illusion en allant voter il y a 2 ans).

Cependant,... ne crois-tu pas que baisser les bras est le meilleur moyen de laisser cette situation perdurer ? Comme l'a souligné le pinceau masqué il y avait des alternatives dans ce scrutin aux partis traditionnels pour essayer de changer cet état de fait par ton vote. Il n'y aura jamais que deux alternatives pour changer les choses : par la manière forte, i.e. la révolution (ce qui signifiera des morts et ne garantira pas pour autant un avenir meilleur ex le printemps arabe) et par les urnes.

Sparke

Cécile de Brest a dit…

Je ne suis pas allée voter dimanche pour plusieurs raisons.
La première c'est que j'organisais un repas de famille chez moi et que je n'ai pas eu le temps. Mauvaise raison !!!!!

Seconde raison : je n'avais aucune idée des personnes qui se présentaient dans mon coin : la campagne pour moi n'a pas eu lieu, je n'ai entendu parler de rien (à part dans les médias nationaux).

Troisième raison : j'en ai marre (et je reste polie) de tous ces gus qui passent au gouvernement, qu'ils soient de droite, de gauche, du centre ou d'ailleurs, c'est bonnet blanc et blanc bonnet.
Quand je pense que la plupart ont été condamnés ou ont eu des démêlées pour des affaires plus ou moins graves (les affaires de santé publique notamment, je ne citerai pas de nom, suivez mon regard)et qu'ils se retrouvent à des postes importants, je me dis qu'on marche sur la tête et que ce n'est pas près de s'arrêter.

Alors, je me désole, je me désespère et je deviens pessimiste, je me dis que plus rien n'y changera rien et je m'occupe de mes petites affaires dans mon coin. Et c'est là qu'est le danger, justement.
Bref, la politique est un monde pourri (j'ai été encarté plusieurs années, je les ai vus à l’œuvre), ils se battent tous pour être calife à la place du calife en se moquant éperdument du reste.
Et finalement, comme le FN n'a jamais été au pouvoir, certains se disent why not, on verra bien, ça ne peut pas être pire.

ARMALITE a dit…

Je pense hélas que ça peut toujours être pire, mais je voudrais que ce soit mieux, et je suis convaincue que ça n'est pas possible avec le système actuel.

Cécile de Brest a dit…

Je suis d'accord avec toi, le système actuel n'est plus adapté. Mais comment changer tout ça ?

Amy a dit…

Je suis assez d'accord avec toi, et moi aussi je ne suis pas allé voter, et je trouve qu'il est bien facile de dire que tout ça, c'est la faute aux abstentionnistes. Et je ne pense pas que le score du FN aurait vraiment changé, si tout le monde était allé voter.
Hier, j'ai lu ça, on en pense ce qu'on veut, mais moi je suis très d'accord. http://soupe-a-l-herbe.antifa-net.fr/la-religion-democratique/

Paula a dit…

Bon alors, je n'ai pas tout à fait la même vision de la politique que toi et je ne suis pas tout à fait d'accord avec ta démarche de ne plus voter mais je respecte ton choix.
Par contre, je me demandais si ce nombre trop important de listes pour les européennes n'avaient pas également semé la confusion et entraîné les gens à voter pour un parti extrémiste. Et ceux qui ne savaient pas trop où aller se sont dispersés vers des listes confuses....

Anonyme a dit…

J'avoue que je ne comprends pas trop ta position:
- d'un côté tu ne votes pas (car "tous des pourris" si je résume bien?)
- et de l'autre tu dis qu'il faudrait voter plus souvent sur les différentes mesures à prendre.

Bon, en réfléchissant, j'imagine que ton idée c'est les gens sont pourris donc votons directement sur les réformes à entreprendre: mais comment faire concrètement? On peut difficilement demander aux gens leurs avis à chaque réforme et sur chaque sujet si?
Actuellement on nous demande notre avis tous les 5 ans sur quel programme on souhaite et on laisse 5 ans à ceux qui ont présenté le programme pour tenter leur chance.
La démocratie c'est pas idéal mais c'est le système le moins pire non?

ARMALITE a dit…

"Actuellement on nous demande notre avis tous les 5 ans sur quel programme on souhaite et on laisse 5 ans à ceux qui ont présenté le programme pour tenter leur chance." : leur programme ne les engage à rien. RIEN. Ils peuvent raconter ce qu'ils veulent et ne pas le faire ensuite. Je n'appelle pas ça un choix, j'appelle ça l'illusion d'un choix. Et si, on peut demander leur avis aux gens avant chaque réforme importante: voir ce qui se passe en Suisse.

Niña a dit…

Je pense quand même qu'il faut tenir compte du fait que la Suisse est un mini-pays ! À mon avis, il y a vraiment un problème d'échelle pour appliquer les "votations" à la mode helvétique dans un pays comme la France.

Et puis pour la première fois, les votes blancs ont été décomptés. Pas encore dans les pourcentages, mais on sait exactement combien de Français ont voté blanc (autour de 500 000 je crois). Donc ça devient vraiment une alternative. Une vague de votes blancs n'aurait-elle pas beaucoup plus de poids que plus de 50% d'abstention ?

Malgré tes arguments, je ne comprends pas qu'on n'aille pas voter, mais au moins c'est une décision raisonnée. Par contre, je comprends encore moins qu'on n'aille pas voter juste par "paresse", parce qu'on a autre chose à faire, sans trop y avoir réfléchi.

Mona Champaign a dit…

Hello, je ne sais pas par où commencer, je n'ai jamais été aussi d'accord avec un article que le tien. Je pense MOT POUR MOT que tu as décris tout tout touuut ce que je pense et que parfois je n'arrive pas à expliquer. Je suis ON NE PEUT PLUS d'accord avec tout ce que tu avances, pour ma part j'avais exprimer mon ressenti lors des municipales dans cet article, j'aimerais beaucoup que tu le lises et me dise ce que tu en pense : http://www.monachampaign.com/2014/03/je-ne-vote-plus.html

Et oui, je trouve cela un peu facile de dire que :
1) FN = fachos
2) majorité FN = tous les français sont fachos
3) FN = faute des abstentionnistes

Chacun son choix, chacun ses idées, unissons-nous et trouvons des solutions (à défaut des politiques) au lieu de se rejeter la faute.

Vraiment très bel article.

Ness a dit…

(Mazette que ce commentaire est long)

Je suis d'accord avec presque tout sauf avec le référendum. Je ne suis pas contre toutes consultations et j'aimerai même qu'elles soient plus fréquentes. Mais le référendum ne peut selon moi être présenté comme une solution "miracle" (je ne dis pas que tu le fais).

Le référendum accentue le populisme (les résultats de certains référendums et d'élections suisses sont effrayants à cet égard) et est utilisé souvent comme plébiscite plus que comme prise d'avis (De Gaulle a gouverné à coup de référendums utilisés comme recherche de plébiscite à la manière d'un chantage affectif jusqu'à ce que cela se retourne contre lui). Bref, le référendum fait partie intégrante du jeu politique et ne plane pas par-dessus, malgré ce que peut nous faire penser son aura de "voix du peuple". Le référendum dépend du moment où l'on pose la question, de la question posée, de la façon de poser la question et du passif médiatique et éducationnel (et malheureusement, de ce point de vue, on ne redémarre jamais d'une page blanche), qui sont toujours au mains des dirigeants et non du peuple.

Si nous n'agissons pas à la base (une déconstruction du jeu politique et médiatique interdépendant), les questions posées risquent de porter sur des sujets nés artificiellement (de type l'insécurité, ou toute question liée à l'exploitation de la peur par les médias et les partis politiques pour sauvegarder leur place dans les sondages ou audiences). On aura une question et une réponse modelée par ce qui modèle déjà les programmes politiques et les votes des électeurs. Bref, la peur/stigmatisation nauséabonde de l'autre ne disparaîtra pas du paysage (car non, je ne pense pas que les gens qui votent FN le font seulement parce qu'il sont déçus des autres partis et contestataires, ils sont déçus des autres partis, contestataires et intellectuellement enclins à la stigmatisation de boucs-émissaires).

Le référendum se fait aussi au détriment de la construction de fond et sur le long terme d'actions ou de changement de mentalités. Le mouvement souverainiste du Québec a voulu jouer un coup de poker en demandant à la population de se prononcer sur la question de l'indépendance (en 1980 et en 1995). Et l'issue a été négative. Peut-être que s'il avaient mieux préparé leur action, fait un travail de fond, cela aurait fonctionné (encore une tentative de référendum-plébiscite de type "on va directement savoir si les gens veulent ou non de cette idée"). Alors tant pis pour eux, la population a parlé, je ne pense pas personnellement que l'indépendance soit une bonne chose. Mais pensons à ce que ce rapport de force entre référendum et action de longue durée et de fond peut provoquer sur des question sociales (et je trouve déjà que les actions de fond quotidiennes et associatives sont trop invisibilisées par le jeu politique et médiatique. Car c'est cela aussi le référendum, c'est le pouvoir politique et médiatique de faire émerger un sujet en question de consultation et on sait à quel point ce pouvoir est mal réparti).

Et en parlant d'issue négative pour le mouvement souverainiste du Québec, ça se joue à du 49 contre 51% . Avec un tel résultat pourtant très limite, on peut "éteindre une question" en utilisant le référendum comme (contre)plébiscite. (mais ça, ça doit être mon côté belge proportionnel qui parle - malgré mon insatisfaction de ce système)

En gros, le référendum est une solution rêvée dans un système rêvé. Mais pas une solution d'étape vers ce système rêvé, selon moi. Et il est souvent surestimé. Je pense qu'il est important d'avoir les yeux grands ouverts sur la réalité du référendum avant d'avancer dans cette voie.

sconesandstones a dit…

Franchement je suis contente que tu aies écris cet article. Je suis complètement d'accord avec toi. Et je pense aussi que s'abstenir peut être un geste politique comme un vote quel qu'il soit. Tu sais le pire? C'est que je n'ose même plus exprimer mon point de vue (celui-ci même) dans mon entourage car tout de suite on me saute dessus avec le droit de vote ect... j'ai de plus en plus de mal à le vivre, alors j'en viens à ne plus dire ce que je pense réellement, pour éviter d'être jugée (voire insultée). S'insurger contre l'abstention, c'est de la bien pensance comme on en trouve beaucoup en France. Ca m'agace qu'on me demande de quel camp je suis tout le temps alors que mon problème n'est pas de choisir mon camp, mais surtout de trouver quelque chose qui me convienne vraiment parmi tout ce qu'on tente de nous vendre.
J'ai 26ans et je ne crois plus en la politique telle qu'elle se pratique ajdh, et quand j'y pense, ça me rend juste triste.

ARMALITE a dit…

Je ne dis pas que le référendum est la panacée. Honnêtement, de mon point de vue, il faudrait une vraie révolution de la démocratie et la fin du capitalisme pour que le monde aille mieux. Je rêve sans doute. Pour les gens qui ont accès à Facebook, je trouve ce texte intéressant:
https://www.facebook.com/notes/emmanuel-durand/je-suis-abstentionniste/859999577363519

Ana a dit…

La fin des liens vers Amazon depuis le blog serait un bon début, non ?

ARMALITE a dit…

Ecoute, c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour rentabiliser quelque peu le temps que je passe à écrire ici et que je pourrais plutôt passer à bosser pour de l'argent. A l'heure actuelle, je me fais assez exploiter par le système pour tenter d'en retirer cette minuscule contrepartie.

ARMALITE a dit…

(Etre contre le capitalisme, en gros, c'est refuser que le capital soit rémunéré aux dépens du travail, pas refuser que le travail soit rémunéré tout court!)

ARMALITE a dit…

(Cela dit je me rends bien compte qu'Amazon n'est pas idéal, je n'ai juste pas trouvé mieux.)

Kariana a dit…

Oh, purée, ENFIN un article qui résume parfaitement ma façon de penser ! J'en ai assez de ces amalgames votants FN = fachos ou abstentionnistes = personnes qui soutiennent les fachos ! J'ai l'impression que les français ne savent pas ce qu'ils veulent, ils parlent de démocratie mais contestent les résultats d'une élection, ils accusent tout le monde de tous les maux de la terre au lieu d'essayer de changer les choses... Oui je me suis abstenue, non je ne suis pas sympathisante FN (ni d'un quelconque parti), non ceux qui ont voté FN ne sont pas forcément fachos, ils peuvent être tout simplement eurosceptiques. Ne serait-ce parce que les médias ne nous encouragent pas à être autre chose, en ce moment on nous présente l'Europe comme une pompe à fric pour les pays pauvres, forcément, ça ne fait pas envie vu notre taux de chômage et de pauvreté :/
Après faire des référendums comme en suisse... moi je me souviens d'un référendum sous Chirac auquel les français avaient sorti un magnifique NON et auquel il a répondu un motherfucking OUI !

thiphane a dit…

Bonjour,
Bah en faite je ne suis pas d'accord avec vous (c'est une sorte d'habitude dans ma vie ;))
Pour moi voter est un devoir dans un pays où j'ai des droits. C'est le pendant. Oui tout vos arguments sont bons : le système est en panne, les fausses promesses, le pouvoir l'enrichissement, la manipulation des médias. Je vois tout cela même à petite échelle dans ma petite ville. Mais voter est un DEVOIR, j'ai pas d'autres mots. Je peux le faire, personne ne m'en empêche, j'ai le droit de m'exprimer, des personnes crèvent pour ça, rien que cette idée là me fait aller aux urnes et voir que 60% des personnes ne sont pas allées voter m'horrifie. Et oui je pense que les électeurs du FN sont moins cons car eux ils y sont allés.

ARMALITE a dit…

C'est faux. Les électeurs du FN se sont abstenus exactement dans les mêmes proportions que les électeurs des autres partis. Ce qui signifie que si les 60% d'abstentionnistes avaient été voté, le résultat aurait été peu ou prou le même. Voir cet article:

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/26/peut-on-relativiser-le-score-du-fn_4426060_4355770.html

Niña a dit…

Kariana, je veux bien croire qu'abstentionniste n'est pas synonyme de "personne qui soutient les fachos". Par contre, je suis désolée, mais le FN ou "Mouvement Bleu Marine" comme il est poétiquement en train de se renommer est un parti d'extrême droite à tendance fascisante. Faut arrêter la dédiabolisation, là !

Mélina C. a dit…

Je viens apporter mon petit commentaire à la liste déjà bien longue (je n'ai pas lu tout ce qui a été dit, excusez moi si je répète un discours déjà tenu...)

Sans parler d'idéologie, de failles de système, de non-représentation... Je pense qu'il faut savoir distinguer les abstentionnistes.
D'un côté les abstentionnistes actifs qui, comme toi et beaucoup, ne votent pas pour signifier leur mécontentement face à un système qu'ils rejettent et de l'autre les abstentionnistes dits "passifs" qui ne votent pas parce qu'ils n'en ont juste rien à faire.
Ces abstentionnistes là sont nombreux, ils ont des idées mais ne prennent pas le temps de lire les "programmes" ou alors ils ne prennent tout simplement pas le temps d'aller voter !
Tant je peux comprendre la démarche des abstentionnistes actifs tant celle des abstentionnistes passifs me déçoit.
Et oui, je pense que dans une certaine proportion, si les abstentionnistes passifs avaient pris un peu de temps (pour lire trois / quatre feuilles et se déplacer jusqu'à un bureau de vote) les résultats auraient pu être différents.

Ceci étant dit ton article et le débat qui a suivi sont très intéressants !

Tasha a dit…

Je suis d'accord avec bien des points de ton argumentation et je lis avec intérêt les commentaires. Je ne crois pas non plus que le référendum soit une solution, du moins en France. Je pense qu'à défaut de révolution (d'accord avec tes propos sur le capitalisme même si je suis engluée dedans), il faut balayer la classe politique actuelle dans notre pays. Outre les conflits d'intérêt, les affaires voire la corruption, il y a un problème de déconnexion des classes dirigeantes, et ce n'est pas qu'un problème de revenu. C'est avant tout un problème de "formation" des élites politiques, de constitution des cabinets ministériels, avec des gens issus des grandes écoles, qui sociologiquement posent problème dès lors que l'on parle de gérer le pays (reproduction des élites, cercles fermés, etc.). Les rémunérations des politiques posent problème mais il me semble nécessaire de rémunérer les politiques à hauteur de responsabilités enfin exercées, comme une manière de les engager et de les rendre moins perméables à l'appât du gain. Comment considérer cette question sans entrer dans une refonte du système capitaliste? Comment accepter les salaires délirants des grands patrons? En quoi sont-ils plus importants que des dirigeants politiques nationaux? Tout cela va de travers actuellement, hélas.
Personnellement je considère que voter un devoir et que ne pas le faire fait le lit des populistes (pour ne pas dire pire). Pourtant, pour la première fois en 23 ans de vie citoyenne, je ne suis pas allée voter dimanche. Les listes trop nombreuses, les professions de foi stéréotypées et creuses, tout cela a rendu cette élection illisible pour moi. Je n'en veux pas aux électeurs d'avoir voté FN (même si je pense que c'est grave), j'en veux à nos politiques de les amener là, à force de désinvolture, d'égoïsme et de mensonges. Chaque mot est un mensonge dans la bouche de certains, et les autres ne maîtrisent pas leurs dossiers. Je pense aussi que les médias ont une lourde responsabilité. Et oui, les électeurs FN se sont abstenus aussi : si on regarde le cumul des voix, il y en a moins que pour les municipales. Mais peu l'ont remarqué, trop occupés à développer un discours sensationnaliste dans la course à l'audience.

Fatima a dit…

Bêtement, puisque je ne vous connais pas vraiment, ma première réaction a été la déception.
Les abstentionnistes ne sont pas (seuls) responsables, oui. Mais il y avait des idées pour lesquelles on pouvait voter, des listes intéressantes, pas uniquement celles des "grands" partis.
Et les électeurs du FN ne sont pas tous des déçus du "système", certains sont convaincus.
Peut-être sont-ils animés par la peur mais c'est à moi qu'ils font peur aujourd'hui.

ARMALITE a dit…

Avec le système actuel, voter pour une petite liste = enlever des voix aux "grands" partis qui ont seuls une chance de damer le pion du FN = indirectement contribuer aussi à la montée du FN. C'est indémerdable.

Anonyme a dit…

Hum, l'argument ne me parait pas recevable. Parfois les petites listes émergent comme le parti pirate en Allemagne et comme cela a été souligné un peu plus haut, le FN ne faisait que quelques pourcents au départ.

Sparke