mardi 3 juin 2014

Où je décide d'adopter la technique des petits pas pendant un mois




Je m'étais donné un mois pour abattre une longue liste de choses à faire en vue d'une réorientation professionnelle partielle. Je savais que je n'en viendrais pas à bout, et je m'attendais à buter sur certaines démarches administratives parce que... c'est chiant, souvent pas clair et prise de tête. En réalité, je me suis surtout retrouvée paralysée face à ce dont je pensais que ça ne serait qu'une simple formalité, que tout était déjà prêt dans ma tête et que je n'aurais qu'à le coucher sur papier - sachant qu'écrire est sûrement ce qui me vient le plus naturellement au monde. Bouffée par le doute et les interrogations, j'ai tout juste réussi à accoucher d'un plan détaillé, ce qui n'est jamais qu'un moyen de retarder le moment de se jeter à l'eau tout en se donnant bonne conscience. Tous les prétextes ont été bons pour ne pas m'y mettre réellement: "Il fait beau aujourd'hui, ce serait dommage de ne pas en profiter", "Je dois absolument aller à la piscine", "Je ne sais pas me concentrer quand j'attends le facteur"... Médaille olympique de mauvaise foi. 

Mais pendant ce mois de mai, j'ai lu l'ouvrage de Robert Maurer "Un petit pas peut changer votre vie : La voie du kaizen". J'étais déjà depuis longtemps persuadée que pour manger un éléphant, il faut procéder une bouchée après l'autre, c'est-à-dire décomposer un objectif impressionnant en une multitude de sous-tâches gérables. Ca me semblait relever du simple bon sens, et l'expérience m'a souvent prouvé que ça marchait. En s'appuyant sur le fonctionnement du cerveau humain, Robert Maurer pousse le raisonnement encore plus loin. Afin de ne pas déclencher le réflexe "fuir ou combattre" qui est le nôtre chaque fois qu'un changement important se présente, nous devons procéder par étapes si minuscules que notre amygdale ne réalise pas vraiment ce que nous faisons et ne nous bloque pas dans notre démarche. Les premiers résultats obtenus sans souffrance nous encouragent alors à poursuivre le processus, voire à l'accélérer sans peur. L'inconvénient de cette méthode, c'est qu'elle peut prendre du temps. Mais un résultat qui prend du temps sera toujours mieux que pas de résultat du tout!

Du coup, j'ai décidé d'appliquer la technique des petits pas non seulement dans le domaine professionnel, mais aussi dans le domaine sportif. Ayant passé peu de temps à Bruxelles en mai, je n'ai pas pu aller beaucoup à la salle de sport, et je sens que même si j'aime bien la piscine, je commence déjà à m'en lasser. Récemment, j'ai vu passer sur Facebook un challenge intéressant: 30 jours de planche. C'est un exercice dont j'ai l'habitude, qui prend peu de temps et sollicite la musculature en profondeur. Les objectifs fixés me semblent totalement irréalistes: à l'époque où je le faisais chaque jour, il m'a fallu un bon trimestre pour passer de 30 secondes à 1 minute, donc, atteindre 4 minutes 30 en un mois... J'ai juste l'intention de le faire chaque jour en tenant le plus longtemps possible, et en me chronométrant pour mesurer mes progrès. Bilan, comme d'habitude, en fin de mois!

3 commentaires:

Zéphine a dit…

Marrant ça, tu n'es pas la seule blogeuse que je suis qui s'est lancée dans ce challenge, ce qui m'a poussée moi aussi à m'y mettre.

J'étais très sportive il y a quelques années (et j'ai encore de beaux restes), mais la vie active, une blessure assez grave à l'épaule et le stress de la fin de thèse ces derniers mois m'ont rendues complètement amorphe: moi qui faisait près de 5h de sport par semaine durant mes études, je me suis rendue compte que je ne fais même plus ça en un mois! Du coup, histoire de relancer la machine tout doucement, j'ai commencé moi aussi à "planker", deux fois par jour, en suivant le rythme conseillé.

Et comme un petit pas en appel un autre, je me suis aussi remise à la course à pied, 15min 3x par semaine, puis 20, 30, 35 min etc.

Même si ton blog n'est pas "sportif", tes écris sur ton cheminement (travail sur ton caractère, remise en question sur ton mode de vie, organisation du quotidien) m'aide vraiment à me bouger les fesses: J'ai une propension assez forte (trop, à mon goût) à la déprime, et je tombe vite dans le "syndrome du prisonnier" (au moins on en fait, au moins on a envie de faire).

Donc merci pour tout ça

Petite G a dit…

je me suis inscrite aussi ! j'ai commencé un peu plus tôt : je tiens largement plus que les 20 sec de départ, mais là je suis à peine à une minute et j'en ch... déjà . j'ai aussi trouvé quelques vidéos pas mal sur youtube pour refaire un peu de gym à la maison, et je compte tenter le running en fractionné pendant mes pti congés de mi juin. de bonnes "résolutions" motivées par l'essayage douloureux des maillots de bain cette semaine ("mon dieu, c'est moi cette paupiette boudinée dans le miroir ?" )la nage en piscine avec palmes me plaisait beaucoup et avait donné de très bons résultats sur ma silhouette, mais avec deux mômes, des horaires de dingue et une piscine qui ouvre très peu au public dans mon bled, c'est pas facile de tenir un rythme... d'ailleurs, je me demande combien de temps je vais tenir cette fois encore cette remise en forme ..? :)

shermane a dit…

C'est drôle, pour ma part, ce sont tes "7 objectifs" mensuels qui m'ont motivée à adopter cette technique. Tout ce que je fais se base sur celle-ci maintenant, alors qu'avant, je voyais les choses en grand et étais plus tranchée. La vieillesse ^^