mardi 5 août 2014

Mon premier bibimbap au Boli Café




Si je connais et apprécie la plupart des cuisines asiatiques, je dois avouer que je n'avais encore jamais mangé coréen. Il y a quelques jours sur Twitter, Funambuline s'est vantée de rentrer chez elle avec un bibimbap à emporter. J'ai fait remarquer qu'il faudrait vraiment que je goûte ce plat au nom si rigolo. Funambuline m'a assuré que c'était de la parfaite comfort food. J'ai dit: très bien, je note ça sur ma liste des objectifs de la rentrée. Sur ce, Zorro est arrivé Nekkonezumi, avec qui Chouchou et moi avions prévu de déjeuner durant la semaine, est intervenue pour signaler qu'elle avait justement un bon resto à bibimbap dans son carnet d'adresses, et qu'il suffisait de vérifier que c'était ouvert en ce début de mois d'août. Ca l'était. J'aime quand un plan se conçoit et s'exécute sans le moindre accroc, en deux minutes chrono.




Situé à deux pas de la place du Capitole, à Toulouse, le Boli Café est donc un restaurant coréen qui ne propose que trois plats: le bibimbap, version boeuf, poulet, porc, canard ou tofu; le japchaebap, nouilles de patate douce sautées accompagnées de légumes; et la soupe La-Miyore qui est une sorte de ramen coréen. Cela dit, c'est déjà assez difficile de choisir entre les trois, qui me tentaient tous. Mais j'étais là pour goûter du bibimbap, et je ne me suis pas laissé détourner de mon objectif. Pour les deux autres spécialités, il faudra revenir lors d'un prochain séjour!




Si les thés que nous avons commandés (ginseng rouge pour Chouchou, riz brun pour moi) n'avaient rien de très remarquable, le bibimbap en revanche ne nous a pas déçus. C'est bien le plat goûtu et roboratif qu'on nous avait décrit, tout à fait équilibré avec son riz, ses cinq légumes, son oeuf et sa viande/son tofu à mélanger avec l'une des deux sauces proposées par la maison: la piquante traditionnelle dont j'ai oublié le nom, et une autre à base de soja pour les mauviettes des papilles dans mon genre. En accompagnement ce jour-là, du chou mariné piquant qui se mariait très bien avec le riz. Et pour se rafraîchir à la fin, un petit godet d'une boisson à l'aloé véra aussi surprenante que délicieuse. Tout ça pour la modique somme de 10€ (sans le thé), et avec possibilité de se faire emballer les restes si on n'arrive pas à terminer son assiette. 




Le resto a un petit côté cantine asiatique égayée par des tissus aux gros motifs colorés et rigolos tendus sur un des murs. On peut également y acheter des marque-pages et des breloques coréennes, ainsi que des boissons et des plats à emporter. Nous avons beaucoup apprécié notre repas et nous comptons bien revenir... mais aussi tester ce que Bruxelles peut nous offrir en matière de plats coréens!

Boli Café
31 rue Gambetta
31000 Toulouse
Ouvert de 12h à 14h30

5 commentaires:

mayla a dit…

Ah le bibimbap ! C'est un plat que j'adore et que je fais de temps en temps à la maison. La prochaine fois qu'on passe vers Toulouse, il faudra qu'on tente ce resto ^^
Un coréen qui m'avait fait découvrir le plat m'avait dit que "bibimbap" voulait tout bêtement dire : "mélanger le riz" comme quoi pas besoin de se triturer les méninges des fois.
Tu me donnes très envie d'en refaire, tiens !

Catherine Kohnen a dit…

A Bruxelles, il faut essayer Maru et Hana

Mlle Funambuline a dit…

Le bibimbap c'est contagieux. Et j'en suis ravie.

ARMALITE a dit…

Maru et Hana? Comme les chats des vidéos Youtube?

Nekkonezumi (Ed) a dit…

J'aime quand Zorro est mon deuxième prénom :-)