mercredi 27 janvier 2016

Ce que je leur dois




A Sylvie J et Virginie D, de m'être mise à la danse classique, puis au modern jazz
A Legolas, la découverte de Marillion qui reste mon groupe préféré 30 ans après
A Marie-Jo, celle des jeux de rôle qui devaient devenir mon ticket d'entrée dans le monde de la traduction
A Fanfan, la présence de Bidouille et Violette dans ma bibliothèque, et celle des albums de Jethro Tull, Bel Canto et Emiliana Torrini dans mon iTunes
Au Breton, mon amour des chats et l'arrivée dans ma vie de Scarlett et Copernique
A Philou, de m'être mise à boire du thé
A Etre Anciennement Exquis, de savoir tirer à l'arme de poing 
A l'Homme-ce-Chacal-Jaune, mon goût pour les Bordeaux rouges et mon brevet de plongée sous-marine
A David M. Burns, M.D., la prise de conscience que si je n'ai pas toujours de contrôle sur les événements, j'ai en revanche toujours le choix de la façon dont j'y réagis
A JC, la mise sur les rails de ma carrière de traductrice; à Brigitte, l'exemple haut de ce que je pouvais devenir; à eux deux, l'apprentissage d'une bienveillance sincère
A la collègue anonyme qui après 50 pages du tome 1 d'Anita Blake a finalement décidé de ne pas traduire la suite, la série la plus lucrative sur laquelle j'ai bossé jusqu'ici
A Anne et Gérard, l'exemple d'une séparation aussi réussie que le mariage qui l'avait précédée (non que ça m'ait servi à quoi que ce soit)
Aux VIP, les expériences en bande que je n'avais pas eu l'occasion de faire plus jeune, notamment deux beaux road trips à travers les USA
A Owen, l'introduction auprès d'un groupe de blogueurs belges parmi lesquels je devais rencontrer Chouchou 
Au Dr R, le dépistage - enfin! - de l'endométriose qui me faisait souffrir depuis l'adolescence
A Claudia et Catherine, des techniques de méditation qui m'ont beaucoup aidée dans la lutte contre mes angoisses
A Marika, l'impulsion pour recommencer à me bouger à 40 ans passés
A Amanda Palmer et Brené Brown, de ne plus considérer la vulnérabilité comme une faiblesse honnie

Certains de ces gens ont eu une influence déterminante sur ma vie alors qu'ils ne me connaissent même pas, ou très peu. Ca me laisse rêveuse - et moi, dans la vie de qui ai-je fait une différence positive sans le savoir? 

8 commentaires:

shermane a dit…

Pour ma part, je te remercie pour plein de découvertes mais surtout pour les swaps, qui m’ont fait découvrir plein de gens intéressants et sympas (toi y compris) :)

Ladypops a dit…

Clairement dans la mienne ! Tu m'as donné envie de m'accepter tel que je suis et de me plus me penser comme le vilain petit canard.

Marylise Mary Ann a dit…

Zut mon commentaire n'a pas été enregistré.. Bref, je recommence...
Pour ma part,ton blog a été comme un phare dans la nuit lors de ma séparation récente. J'ai aussi découvert "Flow", plein de bouquins et une furieuse envie d'écrire. Tes faiblesses avouées à travers tes textes sont des pépites d'humanité. Merci et continue...

ElanorLaBelle a dit…

Ton blog a joué un rôle déterminant dans la construction de la personne que je suis actuellement. Sans hésiter, je pense que si je suis plus épanouie qu'il y a 4 ans, c'est grâce à ce hasard qui m'a fait tomber sur ton blog un jour. L'effet boule de neige à fait le reste: les rencontres faites ici et tes billets m'ont fait réfléchir à ma propre façon de bloguer. Cette redéfinition de mon activité de blogueuse m'a permis de mettre, petit à petit, le doigt sur ce que j'aime et ce qui m'inspire au quotidien. Merci!

Mithrowen a dit…

Tes billets sont une belle source de réflexions pour moi!

Lylou a dit…

J'aurais bien aimé faire de la danse classique quand j'étais enfant. C'est une chance que vous avez eu d'en faire. Il ne me reste plus qu'à m'acheter des DVD de barres au sol. Beaucoup de personnes vous ont apporté du positif dans la vie.Je ne peux malheureusement pour moi pas en dire autant. Lylou.

Anonyme a dit…

Je suis dans le couloir grisâtre d'une maison d'édition, le grand chef passe et me lance : "Ne me décevez pas, surtout !" Devant les yeux ébahis d'un directeur de collection, je lance "Comme si c'était l'habitude de la maison ! Surtout avec la traductrice que j'ai choisi."
Tu connais la suite : les échanges de texte chaque soir, les correctrices mobilisées, l'excitation d'avoir réussi...
Après, je me suis dit que je n'aurais pas perdu mon temps dans ce métier, quoi qu'il arrive.
JC

O&L a dit…

Tu as été ma première vraie amie. Tu m'as aidée à avoir un peu confiance en moi. Et même si tu es loin qu'on se voit rarement tu es toujours là.