vendredi 29 janvier 2016

La fable des trois semaines




Des études scientifiques très sérieuses affirment qu'il faut trois semaines pour instaurer une nouvelle habitude. Les bouquins de développement personnel comme les magazines contenant le mot "Psycho" dans le titre le répètent à l'envi: il suffit de tenir 21 jours, et ensuite, roule ma poule!

Bande de menteurs. 

En décembre, j'ai effectué ma ixième tentative pour avancer mon heure de réveil à 7h. J'ai vaillamment tenu un gros mois à 7h30, ce qui n'était déjà pas si mal. Et j'en retirais de vrais bénéfices: je me sentais plus alerte et surtout je finissais de bosser plus tôt, ce qui me permettait de sortir en fin d'après-midi à une période de l'année où se motiver pour affronter le froid et le manque de lumière n'est pas évident du tout. 

Malgré ça, début janvier, j'ai recommencé à glisser. Le réveil sonnait toujours à 7h, mais moi, je n'étais pas debout avant 7h40... 7h50... 8h... 8h20... 8h30... Là, je suis de nouveau rendue à 9h, l'heure à laquelle je me levais début décembre. Pourquoi? Je n'en ai pas la moindre idée. J'étais vraiment contente d'avoir réussi à me recadrer, mais une fois de plus, ça n'a pas suffi. 

C'est d'autant plus énervant que globalement, je considère 1/ que je suis quelqu'un de très discipliné par rapport aux objectifs que je me fixe moi-même 2/ qu'on peut toujours changer si on le désire vraiment, évoluer dans le bon sens à condition d'être motivé. J'ai arrêté de fumer sans grosses souffrances; je bosse à la maison depuis plus de 20 ans et suis toujours d'une ponctualité impeccable dans le rendu de mes traductions. 

Néanmoins, il y a deux-trois trucs sur lesquels j'achoppe constamment. Le fitness, ça me fait du bien, mais ça ne produit pas chez moi de perte de poids significative et ça m'emmerde royalement: je n'arrive pas à m'y tenir. Le réveil matinal, ça me fait du bien aussi, mais pas assez pour que je lutte contre le rythme naturel de mon corps qui est de s'endormir vers 1h du matin et d'avoir besoin de 8h de sommeil. 

Ayant passé une grosse quinzaine d'années à ne pas du tout trouver le sommeil le soir et à émerger péniblement aux alentours de midi, je vais m'accorder avec moi-même pour dire que la situation actuelle devrait me sembler satisfaisante. Après tout, le plus gros avantage d'être free lance et nullipare, c'est bien de n'avoir aucune contraire horaire et aucune nécessité de s'en imposer...

Mais j'avoue que la crédibilité des études scientifiques très sérieuses en a pris un coup. La vérité, c'est que si t'as pas envie, t'as pas envie, et que tu pourras peut-être te forcer 3 semaines ou même 3 mois, mais éternellement? Je n'y crois pas.

12 commentaires:

Gasparde a dit…

ça va faire un an que je lutte pour faire du fitness à peu près régulièrement. (Et je déteste toujours autant faire du cardio). Je devrais faire ça avec joie et bonheur depuis le temps, pourtant l'appel du canapé et d'un bon livre est toujours aussi fort quand je rentre.

Maman au chocolat a dit…

Un truc qui marche bien si tu veux avancer l'heure de ton réveil (mais si tu veux rester à 9h c'est bien aussi :D) c'est d'avancer l'heure de manière progressive. Si tu as vraiment du temps devant toi, tu peux faire une minute en moins chaque jour. Ca paraît con mais ça marche vraiment ! Sinon, de manière plus rapide, de 5 en 5 ça passe plutôt bien aussi :)

elmaya a dit…

Je ne comprends vraiment pas que l’on puisse avoir du mal à se lever le matin.Il suffit de se lever en entendant le réveil, c’est tout simple, non ? Blague à part, moi je suis une insomniaque-du-matin, généralement réveillée des heures avant mon réveil, et du coup je bâille à 10h… Il n’y aurait pas moyen de faire du troc d’heures ?

(et leurs prétendues études scientifiques, hein…)

Dipi a dit…

En décembre, quand tu arrivais à te lever à 7h, à quelle heure te couchais tu ? Il me semble difficile d'être du soir et du matin, à moins d'avoir besoin de 5h de sommeil !
Je lutte moi aussi en ce moment avec mon réveil. Non tu n'es pas seule ;-) J'avais mis en place une routine qui fonctionnait bien pour moi, extinction des écrans (quels qu'ils soient, sauf tel pour textos !) à 22h30. Ensuite, ça me laisse le temps d'aller au lit tranquillement (une lessive, un truc à ranger, un papier...)pour bouquiner avant de m'endormir. J'écoute plus facilement mon envie de dormir quand je suis en train de lire (et j'adore cette activité) que devant un écran. De fait, je respecte mieux mon rythme biologique ainsi, et le réveil à 7h était du coup bcp plus facile à tenir qu'en ce moment....je préfère ne pas en parler, je badge tous les jours en retard au bureau, et c pas une gloire ! Je me sentais plus fraiche en me réveillant de bon matin, envie de retrouver cette peche du matin. Ton article m'a redonné envie de prendre soin de mes couchers pour des matins plus punchy !

Nairo a dit…

Ben, tu as tout dit : "si tu n'en as pas envie, tu n'en as pas envie". Oui, 21 jours, c'est ce qu'il faut à partir du moment où tu en ressens le besoin... ;) Mais si la contrainte représente plus que le bénéfice... Là, tu luttes contre un besoin pour une envie : ton besoin de 8h de sommeil (si tu te couche tard et que tu te lèves tôt, ton corps ne suit pas) - pour l'envie de pouvoir faire plus de choses dans la journée...

Sunalee a dit…

Certaines personnes ont une horloge interne réglée comme du papier à musique comme moi, d'autres vivent sur une horloge interne qui se décale de jour en jour et enfin, certaines n'ont tout simplement pas d'horaires.

Morgan a dit…

Ma copine est une psycho-rigide de l'horaire, quoiqu'il arrive, c'est dodo à 23h. En soi, c'est plutôt bien parce que ça me permet de me tenir à un rythme stable tout en étant freelance. Et donc lever à 7h05, elle arrive à sauter du lit dès que le réveil sonne, moi je dois me battre pour réussir à sortir un doigt de pied à 7h15. Sans elle, clairement ce ne serait pas avant 8h...
(Bon, parfois le côté psycho-rigide c'est saoulant quand même :))
Le coup des 3 semaines, clairement, ça ne marche pas sur moi non plus. J'ai tenté la méditation hebdomadaire, j'ai tenu 2-3 mois et pfiou, fini...

Lylou a dit…

Moi je pense qu'avec le froid on a plutôt tendance à rester au lit plus tard. Quand il fera plus chaud je pense que vous réussirez à vous lever plus tôt. Depuis qu'il fait froid dans mon appartement j'ai du mal à faire ma gym pilates. A bientôt. Lylou.

Anonyme a dit…

Il y a de plus en plus d'études concernant le sommeil, qui préconisent de suivre le plus possible son rythme naturel. Cela me semble assez sensé et n'empêche pas d'avoir des bonnes habitudes, des rites, de la régularité, comme toi, mains sans le côté "forcing".

Et la danse ? Tu as fait de la danse classique, non ? Ca ne te dit plus rien, ou une autre danse ?

Tina

Annick a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec Lylou, le froid me tient sous les couvertures. Lorsque les beaux jours et la lumière arrivent il est beaucoup plus facile de se lever tot. Pas de panique ça reviendra, c'est l'hiver et après tout se lever un peu plus tard c'est pas si mal....Bonne nuit. Annick

Ana a dit…

La dame de Ma vie en mieux dit que ce n'est pas 21 jours, mais 66 en moyenne (encore une autre étude, évidemment), sachant qu'on n'est pas tous égaux du fait de notre tempérament... et que, surprise, les mauvais plis se prennent en général bien plus facilement.

Stella a dit…

J'essaye aussi de me coucher plus tôt pour me lever plus tôt mais j'ai beaucoup de mal! Bon en même temps 2 fois par semaine je suis obligée de me lever à 6h pour le boulot mais sa donne des nuit de 5h!

Je pense qu'avancer son heure de réveil en hiver c'est compliquer, je n'aime pas trop me lever quand il fait nuit, je ne le fait que si je n'ai pas le choix et je pense que notre corps est fait pour suivre ce rythme. Essaye peut être de rencontre le coup au printemps si tu veux toujours atteindre cet objectif.