jeudi 16 juin 2016

Camera Obscura: le fabuleux musée des illusions d'optique à Edimbourg




A la base, j'ai proposé que nous visitions ce musée parce que je pensais que ça plairait à Chouchou. Mais quand nous sommes arrivés sur place et que j'ai vu que le prix de l'entrée, annoncé à £10 dans mon guide, était passé à £14.50 (pas loin de 20€ par personne, en comptant les frais bancaires), j'ai failli faire demi-tour. Chouchou a un peu insisté. Nous sommes ressortis une grosse heure et demie plus tard, ravis, hilares et en possession de dizaines de photos délirantes. 

Camera Obscura occupe une tour de cinq étages. Au sommet, on trouve le dispositif vieux de 175 ans qui lui prête son nom: une chambre noire depuis laquelle un jeu de miroirs permet d'observer toute la ville, voire d'espionner les passants réduits à la taille de fourmis. Le ciel était fort couvert le jour de notre visite, ce qui donnait un rendu peu contrasté et pas très spectaculaire. Honnêtement, ce que j'ai le plus aimé, ce sont les quatre étages de dessous, et les dizaines d'attractions interactives où petits et grands se succèdent en gloussant à qui mieux mieux. J'ai rarement vu un musée aussi ludique!


 Une vue d'un des nombreux miroirs déformants.

Une expérience de morphing en personnage de manga. Je me suis aussi transformée en bébé, en homme et en vieille femme, tandis que Chouchou préférait se transformer en... moi. Bizarrement, aucun de nous n'a été tenté par l'option chimpanzé. 

Je crois que Chouchou fait la tête de veau.  


Un trompe-l'oeil en perspective forcée.  

Vérifions si nous sommes chauds ou froids à l'aide d'une caméra thermique. 

Chouchou en train de photographier la vue panoramique sur Old Town, New Town et le château d'Edimbourg.  

Traditionnel mais toujours fun, le labyrinthe de miroirs. 

 Jeux d'ombres colorées. 

 Tunnel étoilé. 

Galeries de portraits victoriens qui, selon l'angle sous lequel on les regarde, révèlent des visages bien plus inquiétants! 

...Et pour terminer la visite, le vortex de la gerbe: la passerelle ne bouge absolument pas, et pourtant, on est pris de vertiges et de nausées au bout d'un mètre. Difficile d'atteindre l'autre extrémité sans fermer les yeux. 

Et ceci n'est qu'un petit aperçu de tout ce que nous avons pu admirer au Camera Obscura. Je ne vous montre pas les appareils qui produisent des effets électriques quand on les touche, ni les animations qu'on active en marchant ou en sautant dessus, ni la capture d'ombres, ni les hologrammes dont certains sont carrément flippants. Plus romantico-rigolo: au rez-de-chaussée, on trouve une "machine à marier" (ainsi qu'une très chouette boutique). Franchement, c'est notre gros coup de coeur de ces vacances. Si vous allez faire un tour à Edimbourg, je ne peux que vous le recommander! 

Castlehill
The Royal Mile
Edinburgh EH1 2ND
Ouvert tous les jours

5 commentaires:

Jeanne Blue a dit…

Une partie de ces illusions, avec d'autres expériences extraordinaires, se trouve dans un musée assez proche : Technopolis
https://www.technopolis.be/fr/
Tu connais? Ça vaut le détour!

ARMALITE a dit…

Non, jamais entendu parler!

EmilieSunny a dit…

Grace a toi, Edinburgh va figurer sur ma liste des prochaines destinations où je compte bien m'envoler :)

Anne a dit…

J'ai visité cela en 1999, et sans dévoiler le mystère, il y avait une série d'hologrammes un peu dégueus avec une grosse bébête (je ne sais pas s'ils y sont toujours), et un autre extraordinaire avec un microscope "accroché" à un mur, autour duquel on pouvait tourner, et si on se mettait correctement dans l'axe de l'œilleton, en s'approchant, on pouvait voir en gros plan ce qui était sous le microscope. Extraordinaire réalisation !

ARMALITE a dit…

Les hologrammes un peu creepy y sont toujours (mais durs à photographier), par contre je n'ai pas vu le microscope.