samedi 5 août 2017

Une semaine à Toulouse #2




Vendredi 

Je n'ai toujours pas reçu le virement qui devait arriver sur mon compte fin mai, puis fin juin, puis fin juillet - et bien entendu, pas davantage le virement suivant prévu pour fin juillet. J'essaie de rester calme, mais plus de 5000€ de trou dans ma trésorerie, ça fait mal.

Ma mère hurle dix bonnes minutes sur sa souris sans fil qui ne fonctionne pas, dans le registre: "Heureusement qu'on m'avait dit qu'il n'y avait jamais de problème avec les Mac!" ("on" = moi, qui me trouve dans la pièce voisine), avant de se rendre compte qu'elle a oublié de l'allumer.

C'est drôle, mais Jean-Luc Reichmann ne m'avait pas manqué.

On ne dirait pas comme ça, mais se hisser sur un flotteur en forme de glace à l'eau exige une musculature inversement proportionnelle à la dignité du sujet.

Mail de la compta: "On vous paye la première moitié de ce qu'on vous doit aujourd'hui et le reste dans dix jours." Pourquoi pas la totalité aujourd'hui, mystère. Quant aux explications et/ou aux excuses, visiblement, je peux toujours me brosser, ça me tonifiera le cuir chevelu.

J'aurais gagné la partie d'Océanos si je n'avais pas pris cette mauvaise décision concernant les yeux de kraken. On ne se méfie jamais assez des yeux de kraken.

46 ans au compteur, et je dois encore supporter d'entendre la génération du dessus me dire que je serais mieux dehors plutôt qu'à lire sur le canapé.

La coupure de courant générale alors que personne n'est en train d'utiliser l'électricité: pourquoi?

Ah, on joue à Mysterium? Je vous ai déjà fait mon super jeu de mots avec les corbeaux?

Le rétablissement du courant dans l'ensemble de la maison, sauf au niveau des plaques à induction alors qu'il est plus que l'heure de préparer le dîner: pourquoi (bis)? C'est que faire cuire les beignets de courgette au barbecue, ça risque de ne pas être simple...

Le menu du soir sera donc: saucisses de Toulouse, chorizo, saucisses au piment d'Espelette et entrecôte. Partout en France, la communauté végétario-végane se rassemble pour nous jeter une malédiction de niveau 12. Je ne sais toujours pas faire un exorcisme - ça m'apprendra à me moquer.

Bizarrement, la rocade jusqu'à l'aéroport de Blagnac est nettement plus dégagée vers 22h45.

Chouchou devrait être facile à reconnaître: il porte le même T-shirt Hard Rock Café que David.

Tiens, je t'ai gardé le dernier quart de ce fabuleux sablé à la confiture de framboise, mais c'est vraiment parce que je t'aime. Et parce que j'espère qu'on aura l'occasion d'aller en racheter demain.

Oh, la première étoile filante de ma vie! Vite, un voeu!

1 commentaire:

shermane a dit…

À part que tes 5000 € et d’autres euros resteront une quinzaine de plus pour alimenter un compte d’épargne, je ne vois pas. Je m’interroge aussi beaucoup sur les pratiques de paiement de certains de mes clients (mais ça va, je les trie sur le volet maintenant). Je livre toujours à l’heure, voire en avance, que je sache. Et j’accepte tout à fait un autre délai de paiement que le mien. Bref.

"46 ans au compteur, et je dois encore supporter d'entendre la génération du dessus me dire que je serais mieux dehors plutôt qu'à lire sur le canapé."
*mega rolleyes*
*ramasse ses yeux*
*pour aller LIRE EN INTÉRIEUR*